Zones UEMOA, CEEAC et CEMAC : Le ROSCEVAC et la SABER-ABREC font le premier pas

Lomé, 26 février 2018 (GabonInitiatives) – Le Réseau des Organisations pour la Société Civile pour l’Economie verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) et la SABER-ABREC font le premier pas vers une collaboration audacieuse en partageant les expériences et les bonnes pratiques des organisations de la société civile et du secteur privé en matière de gouvernance, de management et de fourniture de services et conseils dans les secteurs des énergies renouvelables, des changements climatiques et de la croissance verte.

La capitale togolaise accueille du 22 au 26 février prochain une rencontre entre le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), organe de la CEEAC en matière de promotion et de développement de l’Economie Verte en Afrique Centrale et de la Société Africaine des Biocarburants et des Energies Renouvelables, African Biofuel and Renewable Energy Company (SABER-ABREC). Y prennent part, deux représentants du ROSCEVAC et une dizaine d’Experts de la SABER-ABREC.

Cette rencontre porte sur le partage d’expérience et l’examen des axes et modalités de collaboration dans le cadre de différentes actions contribuant à améliorer le bien-être des populations péri-urbaines et rurales.

La finalité recherchée est de préparer le cadre de différentes actions impulsées par les Communauté Economiques Régionales (CERs) en faveur d’un développement durable et harmonieux partagé par le plus grand nombre. Il est attendu au terme desdits travaux, la signature d’un accord-cadre de coopération et d’un aide-mémoire.

De retour de mission, il sera organisé des restitutions et compte-rendu aux responsables en charge des ministères techniques concernés, au Président de la CEMAC et au Secrétaire Générale de la CEEAC. 

Cette initiative régionale du ROSCEVAC s’inscrit dans le cadre de la promotion de la coopération sud-sud et vise à terme à prendre corps sur la base de l’accord-cadre signéaux termes des travaux.

Compte-tenu des enjeux environnementaux globaux, des effets néfastes des changements climatiques et de la forte dynamique des contextes sous-régionaux et régionaux, il s’agira de proposer un cadre de collaboration innovant permettant d’amener les acteurs des Organisations de Société Civile à travers leurs rôles et missions statutaires, à contribuer au développement de leurs pays respectifs en faisant en sorte que les retombées de l’exploitation des ressources naturelles renouvelables et des ressources extractives permettent l’émergence des pays et améliorent les conditions de vie des populations.

Pour atteindre cet objectif dans les secteurs des ressources renouvelables et des biocarburants, le ROSCEVAC s’est convaincu de la nécessité de rechercher le meilleur des alliés ayant fait ses preuves en Afrique de l’Ouest et pouvant permettre de partager son expériences, ses succès et ses échecs en assurant un rapide transfert de compétences aux pays des CERs des espaces CEEAC et CEMAC à travers la mise en œuvre de programmes thématiques livrés clés en main et facilement capitalisables sur un retour d’expérience riche accumulée par la mise en œuvre de programme en zone UEMOA.

Le choix de la SABER-ABREC en fait le meilleur des partenaires dans la nouvelle aventure à écrire au cours des trois prochaines années entre la société civile, le secteur privé et les CERs d’Afrique centrale à cause de son engagement pour le développement d’une énergie propre contribuant à freiner le réchauffement climatique pour un environnement plus sûr, pour une croissance renouvelée et viable, pour une vie et une santé meilleures des populations, une énergie adéquate, fiable et abordable pour l’Afrique, pour le développement et l’accélération de l’utilisation de technologies éco-énergétiques et pour sa dynamisation  du partenariat de l’initiative UNIAFRICA-ABREC.

GI/18