2ème édition du tournoi de football Pierre Mamboundou à Ndendé et Mouila : Quand Patrichi Christian Tanasa Mbadinga immortalise l’illustre disparu

Ndendé, 30 août 2019 (GabonInitiatives) – Les 24 et 25 août derniers, de nombreux cadres et responsables politiques gabonais se sont retrouvés à Ndendé, chef- lieu du département de la Dola et à Mouila la capitale provinciale de la Ngounié, au sud du Gabon à l’initiative de Patrichi Christian Tanasa Mbadinga. Ce dernier qui tenait à apporter un message d’union et de reconnaissance envers tous ceux des fils dudit département qui ont marqué d’une pierre blanche leur passage sur cette terre notamment le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Pierre Mamboundou.

Ce qui explique l’organisation et la tenue sur les terres où repose l’âme de l’illustre disparu, d’un tournoi de football dénommé « Tournoi Pierre Mamboundou », auquel prennent part douze (12) équipes hommes et six (6) féminines venant de toute la province de la Ngounié et du Moyen – Ogooué.

La présence à cet évènement riche en couleurs et de signification particulière du Ministre déléguée Yolande Nyonda, du Gouverneur de province, Benjamin Banguebé, de quelques élus locaux et nationaux dont le président du groupe parlementaire « Les Démocrates », Docteur Davin Akouré, du deuxième questeur de l’Assemblée nationale, Philippe Nzengué Mayila et du Maire de la commune de Mouila, Jean- Norbert Diramba, a symbolisé l’écho qu’a eu celui- ci dans les esprits de tout un chacun et l’encrage de la province dans la politique du premier des Gabonais, le président Ali Bongo Ondimba, qui n’a de cesse de rappeler, ainsi qu’il l’a à nouveau fait lors de son discours à la nation du 16 août dernier, qu’il accorde un crédit particulier aux questions touchant à la cohésion et à la solidarité nationale pour que le Gabon continue sa marche paisible et rassurante vers le développement qui ne saurait être une réalité sans la paix qui en est le vecteur principal.

Patrichi Tanasa au centre (polo noir) parrain du tournoi avec à sa droite, Yolande Nyonda ( ministre déléguée à l ‘ éducation nationale et le Gouverneur de la Ngounié, Benjamin Banguebe à gauche

Le tournoi de football « Pierre Mamboundou », est initié depuis 2018 par Patrichi Christian Tanasa Mbadinga, à tout seigneur, tout honneur, pour rendre un hommage appuyé à un des braves fils du département de la Dola ; de la province de la Ngounié et du Gabon s’entend, pour son œuvre en faveur d’une prise de conscience de chacun et de tous de l’appartenance à un pays auquel il devrait plutôt que de lui demander qu’est- ce qu’il peut pour eux, affirmer par leurs faits et actes ce qu’ils peuvent pour lui. En somme une invite à ce que chacun prenne la mesure de la chose et se décide, voir se détermine à travailler dans le sens de l’édification d’un environnement vivable et convivial. C’est d’ailleurs pour marquer sa reconnaissance qu’avec ses soins, Patrichi Christian Tanasa Mbadinga a relancé les travaux sur le mausolée de l’illustre disparu, travaux arrêtés depuis des années sans que personne ne s’en émeuve apparemment.

Reprise des travaux au mosolée Pierre Mamboundou

« Il est difficile de se projeter dans le futur lors d’une organisation quelconque, vous qui à ce jour faite progresser le dur combat pour la construction de l’unité des filles et fils de la Ngounié, c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de mobiliser les gens autour d’une idée aussi exaltante et porteuse d’avenir que celle de l’unité des filles et fils de la province. Dans le monde, le football est un sport qui permet de rassembler d’unir petits et grands, riches et pauvres, noirs et blancs, croyants et non croyants », a déclaré, Mme Augustine Mamboundou veuve de l’illustre Pierre Mamboundou non sans remercier le parrain du tournoi.

La veuve Augustine Mamboundou

Au- delà, et c’est surtout ce qui est intéressant ici, de l’œuvre de parachèvement dudit mausolée, il faut voir, comme voulu par les plus hautes autorités gabonaises, la ferme volonté de Patrichi Christian Tanasa Mbadinga de doter Ndendé en particulier, la Dola et la Ngounié en général, d’un centre multimédia et d’une bibliothèque qui devraient être installés dans la structure pour magnifier l’homme de culture que fut Pierre Mamboundou et contribuer à l’épanouissement de la jeunesse manquant cruellement de soutien didactique, ce qui constitue une entrave ou un frein à son épanouissement au moment où la bataille pour l’autonomisation de la jeunesse sonne comme l’angélus qui invite le chrétien participer au culte.

Cette fête du football rehaussée par la participation active de la veuve de Pierre Mamboundou s’est disputée sous le signe du resserrement des liens entre populations et politiques, lien souvent rompu par les adeptes de la politique politicienne faite de promesses et de discours plus que d’autres choses et à juste titre combattue avec la dernière énergie par Le chef d’État gabonais qui y perçoit une remise en cause de sa farouche volonté de réduire la fracture sociale et d’inciter les dirigeants ou tous ceux qui ont une parcelle d’autorité à s’investir dans la valorisation d’une approche rationnelle et pragmatique observable chaque fois que l’autorité aura consenti à regarder en face les problèmes auxquels font face ses concitoyens dans le but de veiller à leur apporter solution appropriée. C’est donc dire que Patrichi Christian Tanasa Mbadinga voulait en organisant ce tournoi, porter un message, celui du Parti démocratique gabonais (PDG) et de son Distingué- Camarade- Président Ali Bongo Ondimba dont l’obsession est de faire profiter au maximum l’intérieur du pays des fruits de la croissance. Message auquel ont adhéré l’ensemble des cadres du département de la Dola et de la région à en juger de leurs présences massive autour de celui qui symbolise désormais l’ « Unité et la cohésion des fils et filles de la Ngounié ».

Il était très certainement inspiré par le père des jeux olympiques Pierre de Coubertin qui certes reconnaissait que le sport est pratiqué pour cultiver les valeurs de travail et d’effort, mais ne manquait pourtant pas d’insister sur l’aspect fair- play, d’où sa fameuse formule ressassée à chaque grand évènement sportif en son souvenir : « l’essentiel est de participer ». Pas une manière de tourner le dos à l’exploit et aux distinctions qui l’accompagnent, mais simplement une façon d’amener les peuples, les athlètes au demeurant, de par le monde, à comprendre que le sport est ferment d’unité, de solidarité, d’entente, de convivialité, de cordialité. Et nous de penser que Patrichi Christian Tanasa Mbadinga a du disserter sur ce qu’est le rôle ou la fonction sociale du sport. Invite donc à tous ceux qui n’y croyaient pas encore ou qui n’avaient qu’une vue illusoire de ce que la pratique du sport peut apporter en terme de socialisation et de développement pour qu’ils se ravisent désormais et sachent que le fait de vanter nos athlètes méritants est un catalyseur à même de mobiliser jusqu’aux plus indécis non pas seulement pour fabriquer des champions comme c’est aujourd’hui la logique pourrait- on dire, mais pour faciliter le rapprochement entre les populations pour ne pas dire les peuples et créer les conditions d’une paix durable entre ceux- ci : A bon entendeur…

Par Yorick KOMBILA MANFOUMBY, envoyé spécial à Ndendé

GI/YKM/CEKK/MKKE/19