Télécommunication : la conquête africaine de Jack Ma

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, Jack Ma, le milliardaire chinois patron d’Alibaba ne cesse de renforcer son amitié avec le continent Africain. Les visés sont purement économiques, même si l’homme d’affaires se présente comme un philanthrope.

Grégoire Matoumba

Si l’histoire de la relation de Jack Ma avec l’Afrique remonte à 2017, après une première visite au Rwanda et au Kenya, c’est plus lors du début de la pandémie de coronavirus, alors que ce dernier apportait son soutien matériel au continent il y a plusieurs mois, que l’homme a beaucoup fait parler de lui.

En apportant son soutien sous la forme de dons à certains pays africains touchés par la pandémie de coronavirus, dont le Gabon, Jack Ma a renforcé son ancrage au sein du continent. S’offrant ainsi des territoires pour bâtir des nouvelles opportunités d’affaires.

La volonté du milliardaire chinois est d’ailleurs officiellement connue : bâtir un écosystème numérique capable d’offrir, dans plusieurs années, un environnement favorable pour l’expansion de son groupe Alibaba. Le choix des pays qui ont reçu l’aide Covid-19 du milliardaire n’est pas fortuit.

La plupart de ces pays font partie de ceux où, les inégalités en termes d’accès à Internet sont minimes. L’Ethiopie, le Kenya, le Rwanda, le Gabon et bien d’autres  figurent parmi les bons élèves en termes de développement du numérique. Jack Ma est conscient de la réalité numérique de ces pays. Pour lui, la percée de la téléphonie est un atout dont il veut en profiter.

Pour l’homme d’affaires chinois, « le monde vit actuellement une révolution numérique qui pourrait déboucher sur des changements d’une ampleur majeure sans précédent ». « Les technologies du mobile et de l’internet permettent à tout un chacun d’accéder à une gamme très étendue de produits et de services », estime-t-il.