Table ronde sur le développement de l’agro-industrie

Visite_de_SUCAF_-_02-10-2010__8_ Libreville, 30 janvier (GabonInitiatives) – A l’initiative du ministère de l’Agriculture, de la Pêche et du Développement durable, la capitale gabonaise va abriter le 31 janvier prochain une table ronde sur «le rôle des gouvernements dans l’intensification des impacts positifs de l’industrie agricole».

imagesCette rencontre vise la création d’une plateforme réunissant plusieurs acteurs clés du domaine de l’agriculture, aussi bien du secteur 1298560043355public que privé, désireux de s’enrichir mutuellement d’échanges sur les leçons tirées du développement de l’agro-industrie en Asie du Sud-est. Elle enregistrera notamment la participation de ministres en provenance du Congo Brazzaville, du Cameroun, de la Guinée Equatoriale, du Bénin, des chefs d’entreprises du secteur agro-industriel, ainsi que des ONG environnementales gabonaises.

En prélude à la rencontre de jeudi, le ministre gabonais de l’Agriculture, Julien Nkoghé Békalé, a indiqué que le Gabon par ses atouts, a la possibilité de se positionner en leader dans la sous-région, au niveau de la filière agro-industrielle.

olamGabon-300x190«Dans cette nouvelle politique, le secteur agro-industrie offre également une opportunité pour le pays vers l’exportation. Une éventualimagesité dont le Gabon peut se positionner en leader au niveau de la sous-région. D’où l’enjeu des présents assises qui permettront de créer une plate-forme d’échanges pour un meilleur partage d’expérience», a-t-il expliqué dans des propos rapportés par Gabon Matin.

En effet, le Gabon a décidé d’inscrire le développement et la promotion d’une agriculture intensive, durable et compétitive au rang de ses priorités stratégiques. Une politique qui vise à réduire la dépendance de l’économie gabonaise à l’égard de l’exploitation pétrolière, minière et forestière qui contribue aujourd’hui à plus de 80%. On attendra tout de même de cette réunion une explication sur le miracle qui pourra rendre compatibles une agriculture intensive et l’adjectif durable.

Source : Gabonreview

GI/13