SOGATRA : Tous les syndicats pour la reprise

Libreville, 15 Août (GabonInitiatives) – Réunies ce mardi à leur base de Libreville, autour d’une même table, les différentes formations syndicales de la Société gabonaise des transports (SOGATRA), notamment le Syndicat national des Transports (SYNATRAT) et le Syndicat des conducteurs et techniciens (SYCOTEC) ont rencontré la presse suite aux avancées sur la crise qui paralyse l’entreprise depuis quelques mois en vue d’annoncer la reprise du travail à travers la mise en place d’un service minimum à compter du 23 août prochain, emboitant ainsi le pas de leurs collègues syndiqués du SYATRAT.

En grève depuis le 9 juin dernier pour cause d’arriérés de salaires impayés soit 3 mois à ce jour, à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), l’intersyndical composé du SYNATRAT et du SYCOTEC après plusieurs rencontres avec la tutelle s’est enfin résolu d’offrir aux populations un service minimum à compter du 23 août prochain et ce, jusqu’à satisfaction complète de ses revendications par les pouvoirs publics. Emboîtant ainsi le pas du Syndicat national des transports terrestre (SYATRAT) et nul n’ignore que ces syndicats ne s’apprécient entre eux.

Lors de cette rencontre, l’intersyndical à dégager sommairement quatre (4) axes prioritaires de leur action à savoir : « la mise en place d’un comité de dialogue au sein de la SOGATRA sur décision N°00083MTL/CAB du ministre des transports et de la logistique », les « avancées sur le préalable », l’ « ouverture des négociations et la mise en place d’un service minimum à 10% devant débuté le 23 août prochain ».

Sur le chronogramme du service minimum, il faut retenir que 4 bus seront mis en circulation  à Libreville vers les villes voisines. Libreville-Ntoum (un bus), Libreville-Akanda (un bus), Libreville-Melen-Bikélé (un bus) et Libreville-Owendo Port (un bus).

S’agissant du réseau interurbain, 6 bus  sont prévus. Libreville-Bitam (près de 700km), au nord du pays, il y aura deux bus.  Le même nombre de bus sera affecté  sur la ligne Libreville-Lébamba (600km) et deux autres sur la ligne Libreville-Lambaréné (280km). Il est prévu également 5 taxis compteurs en circulation à Libreville.

Quant à la régularisation de la dette à la CNSS dont le montant s’élève à 14 milliards de FCFA inclus toutes taxes confondues, l’intersyndical pense que : « la dette est lourde et que l’état au vue de ses problèmes actuels ne peut pas aujourd’hui trouver 14 milliards pour satisfaire à leur demande. Donc nous avons par rapport à cette situation ajouté un peu d’eau dans notre vin pour mieux comprendre l’état », a précisé  Cyrille Gaston Ndouli Lindoumou, secrétaire général du SYCOTEC.

Les partenaires sociaux de la société gabonaise des transports (SOGATRA) s’engagent donc en toute responsabilité dans la voie du dialogue, de la paix, de la sérénité et de la préservation de l’emploi afin d’améliorer le bien-être de chaque travailleur, de son émancipation intellectuel et professionnel tout en invitant les pouvoirs publics à ne ménager aucun efforts dans les négociations qui pourront conduire à un dénouement heureux et définitif de la crise à la SOGATRA.

GI/SCT/FM/17

PARTAGER
Fabrice Mikomba - Expert Gabon et Afrique Centrale
Fabrice Mikomba est journaliste expert Afrique et Afrique centrale depuis 1989. Après avoir travaillé pour RFI et de nombreux médias on et off line il est désormais spécialiste Gabon et Afrique Centrale pour Gabon Initiatives et Info Afrique et ce depuis 2012.