Semaine d’action Pré – Cop 24 : La SOBRAGA veut prendre le leadership du secteur privé dans la réduction de gaz à effet de serre

Libreville, 21 novembre 2018 (GabonInitiatives) – Partenaire à la « Semaine d’action » co – organisée par l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA) et le Réseau des Organisations pou la Société Civile et l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), en vue de la Pré – Cop 24 à Katowice en Pologne prévue du 2 au 14 décembre du prochain, la Société des Brasseries du Gabon (SOBRAGA), à travers sa direction QHSE s’investie depuis plusieurs mois déjà, à prendre le leadership du secteur privé dans la réduction de gaz à effet de serre.

La « Semaine d’action » du PACJA – ROSCEVAC organisée depuis le 17 novembre dernier dans la capitale Gabonaise en vue de la prochaine Cop en Pologne, a enregistré le 19 du mois en cours, la présence de la Société des Brasseries du Gabon (SOBRAGA), invitée à partager sa politique de gestion de déchets industriels en interne aux Organisation de la Société Civile (OSC) dans l’optique de « Changer ensemble », thème retenu pour ladite semaine.

Certifiée ISO 14 001, la directrice QHSE (Qualité Hygiène Service et Environnement) de la SOBRAGA, Jocelyne Edzo intervenant sur les « stratégies et mécanismes d’adaptation du secteur privé gabonais dans la lutte contre les changements climatique : cas du Groupe Castel – Gabon », a expliqué avec preuves à l’appui que l’entreprise qu’elle représente s’est engagée dans un processus de développement durable de son activité. Un choix motivé par les impératifs environnementaux mondiaux. Mais aussi et surtout par le poids économique et social de l’entreprise à l’échelle nationale d’où, le renforcement considérable du service QHSE.

« Les métiers s’organisent, les filières s’organisent aussi, ne sous-estimez pas les QHSE qui travaillent dans des conditions tellement difficile parce que beaucoup ne comprennent parfois pas, ce qu’ils font. Donc, parfois ils bouchent un peu les trous mais, nous qui sommes un peu avancés drainons les autres HSE pour pouvoir leur donner des informations suffisantes pour faire avancer le métier », a expliqué Mme Jocelyne Edzo.

Dès lors, la SOBRAGA y consacre des services entiers pour étudier l’impact environnemental de l’activité brassicole, au renforcement des process qualitatifs de travail, au recyclage des déchets et à la sensibilisation en interne. Des efforts caractérisés par l’inauguration de la première station de traitement des eaux usées sur le site de production de Port – Gentil en 2012. Un programme qui va s’étendre sur l’ensemble des sites de production à travers le pays.

L’entreprise qui ne veut rien négliger, s’est également dotée d’une presse pour broyer les casiers défectueux, cartons, verres et les bouteilles en plastique.

Acteur majeur de la vie socio-économique du pays, la SOBRAGA qui veut prendre le leadership QHSE du secteur privé s’engage auprès des populations pour la préservation de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie en conciliant « développement économique et protection de l’environnement ».

Sa plateforme whatsapp QHSE rassemblant la presque totalité des entreprises nationaux, en phase avec la vision du PACJA et du ROSCEVAC démontre à quel point la politique environnementale de la SOBRAGA s’impose aujourd’hui à toutes les entreprises citoyennes responsables.

« Les questions de pollution sont au centre de ce débat. Vous savez que plus d’un million de personne meurent chaque année et donc, l’activité climatique de notre pays est au centre de notre développement économique car, le Gabon notre pays à travers son Chef de l’Etat s’est engagé à Bonn en Allemagne de réduire les gaz à effet de serre au-delà de 50% et, nous – nous réjouissons déjà parce qu’il y a certaine entreprise pour ne pas la cité, telle que les brasseries du Gabon qui souhaitent intégrer dans leur besoins énergétiques l’utilisation du gaz, ce qui est un pas considérable », s’est réjouit Nicaise Moulombi en sa double qualité de président du ROSCEVAC et président du Conseil de surveillance du PACJA – Gabon.

Rappelons à toute fin utile que l’organisation de cette « Semaine d’action » qui se referme le 23 novembre prochain avec les élèves à l’Institut Immaculé conception a été rendue possible grâce l’appui financier de l’agence suédoise SIDA.

GI/FM/NN/18