ROSCEVAC – PACJA : Des parchemins distribués au terme du séminaire de montage et de gestion des projets

Quelques participants posant en photo avec le Président Nicaise Moulombi ( ensemble blanc) au terme du séminaire

Libreville, 19 avril 2019 (GabonInitiatives) – Le séminaire de formation et de renforcement de capacité à l’élaboration et la gestion efficace des projets développement communautaire organisé par le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) et l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA, section Gabon), s’est achevé sur une note de satisfaction marquée par la remise des parchemins à la soixantaine des participants.

C’est le président du Conseil de Surveillance du PACJA – Gabon doublé de sa fonction de président Exécutif du ROSCEVAC et par ailleurs vice – président 2 du Conseil Economique Social et Environnemental, Nicaise Moulombi qui s’est prêté à l’exercice fatidique de remise des parchemins à la soixantaine des participants représentants différentes OSC.

« La formation que vous avez reçu doit se répercuter positivement au sein de vos organisations dans l’espoir que les uns et les autres capitaliseront ces acquis », a formulé M. Moulombi au terme du séminaire.

Durant ces trois jours de formation, les participants ont eu droit à des sessions interactives et participatives marquées par des brainstormings et des travaux en groupes ayant permis d’échanger sur les techniques usuelles de montage de projets et d’amélioration des connaissances de base.

Parmi les outils dispensés, les apprenants ont été formés sur la « tentative de définition de la gestion des projets », qui leur a permis de proposer leurs définitions en un tour de table en passant par la « réalisation d’une enquête de terrain pour le montage d’un projet », pour échanger sur les outils nécessaires en vue de la réalisation d’une enquête de terrain en amont au montage d’un projet prenant compte le conception des fiches d’enquêtes, étude de cas, collecte et analyse de données.

Le coordonnateur national du PACJA Gabon, Fabrice Ntchango ( polo blanc) s’exprimant devant le Président Nicaise Moulombi ( ensemble blanc), lors du séminaire

L’ « examen du cadre logique du projet », pour apprendre aux participants à rédiger le document de projet en définissant les besoins à la base clarifiés dans les objectifs, les résultats escomptés et les activités prévues avec les indicateurs de mesures des attentes et le « montage d’un budget de projet », préparant l’estimation budgétaire du projet en se basant sur les coûts fixes et les coûts variables, la « définition d’un chronogramme et taches de l’équipe de mise en œuvre du projet », pour la préparation du calendrier de mise en œuvre du projet ainsi que les cahiers de charge de l’équipe de mise en œuvre ont permis aux participants des plates formes ROSCEVAC et PACJA – Gabon de tirer le meilleur de ces enseignements au moyen de la maitrise des subtilités et astuces à leur profit.

Ces panels de formation ont été complétés par les séquences de « suivi et évaluation d’un projet », pour définir les outils de suivi et d’évaluation des actions de terrain et la gestion financière des ressources du projet et la « recherche de financement », en vue de savoir où et comment les trouver et pour quel type de projet et, comment identifier avec les participants les organismes de financement de projets accessible au Gabon et ailleurs.

Les modules de formations utilisés à ce séminaire, basés sur les meilleurs pratiques, visaient à former les participants aux meilleures méthodes de management efficace des projets et d’entreprises, de la phase d’étude au déploiement afin de permettre au porteur de projet de devenir maitre dans la manipulation des outils de mise en œuvre et dans la création d’entreprises productives.

À l’issue de ce séminaire, on peut donc dire sans risque de se tromper que les participants ont bien assimilé l’ensemble des techniques nécessaires reçus à la conduite de projets dans une organisation ou une entreprise sociale.

Financé par l’Agence Suédoise de Développement et de coopération Internationale (SIDA), ce séminaire s’inscrivait dans le cadre du projet « Gouvernance Climatique et Engagement des Acteurs non-étatiques dans la mise en œuvre des INDC ».

Prévu du 18 au 21, c’est finalement hier, le 20 avril 2019 que le séminaire financé par l’Agence Suédoise de Développement et de coopération Internationale (SIDA), a pris fin au siège de l’ODDIG dans la commune d’Akanda.

GI/YKM/MKKK/FM/19