Le ROSCEVAC annonce son implantation à Mouila par l’organisation d’un atelier de sensibilisation sur la gouvernance climatique

Libreville, 24 juin 2019 (GabonInitiatives) – Le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), annonce son implantation au sud – Gabon par l’organisation le 26 juin prochain à Mouila (chef lieu de la province de la Ngounié), d’un atelier de sensibilisations et renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile (OSC), locales de la gouvernance climatique en vue d’une implication accrue des communautés dans le cadre de la mise en œuvre du processus REDD+ au Gabon.

Placé sous la présidence du Gouverneur de la province de la Ngounié, Benjamin Banguébé Mayoubi, cet atelier qui s’inscrit dans le cadre d’un projet a pour but de renforcer les capacités des acteurs de la société gabonaise afin que celle-ci participe activement à la mise en œuvre du processus REDD+ au Gabon. En effet, ledit projet renferme plusieurs objectifs spécifiques parmi lesquels « la veuille quotidienne des activités des compagnies d’exploitation de palmiers à huile et forestières de Mouila », le « prélèvements, analyses, et études d’impacts environnementales et sociales », la « sensibilisations et renforcement des capacités des OSC locales », l’ « appui aux communautés locales, accompagnement des GIC pour l’autonomisation des villageois à travers le développement des AGR », en passant par le « suivi des agriculteurs sur la production des palmiers à l’huile », l’ « accompagnement des OSC communautaires au développement des projets REDD+ », le monitoring, contrôle, évaluation et système d’alerte afin de d’accompagner et de garantir le respect des engagements des entreprises certifiés et non-certifiés : RSPO, FSC, SFI, CSA, PEFC, ISO, PAFC, etc.

Dans son plan d’action 2018-2023, le ROSCEVAC s’est donné comme objectif stratégique de se déployer et de s’étendre dans l’ensemble des neuf (9) provinces du Gabon, afin de plus être perçue comme une ONG sous-régional, voir international, mais aussi et surtout une organisation communautaire de base avec une assise géographique et des champs d’actions spécifiques à l’environnement socio-économique du territoire dans le but d’impacter le développement en milieu rural en favorisant le bien-être d’une communauté lorsqu’on sait que le géant singapourien de l’agroalimentaire, Olam s’y est installé depuis plusieurs années sur une superficie non négligeable du territoire national possède 4 plantations de palmiers à huile à des fins de transformation industrielle.

Ainsi, la création des antennes locales des OSC doivent permettent de favoriser le développement à la base et de mieux canaliser le financement de microprojets de développement locale.

L’ouverture du siège du ROSCEVAC soutenu par l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA), à Mouila s’avère opportun dans la mesure où il viendra renforcer les actions de veille environnementale et sociale, de sensibilisations et renforcement des capacités des organisations de la société civile et des communautés de cette localité en particulier, mais dans toute la province de la Ngounié en général. A travers ce projet pilote, le ROSCEVAC vient attirer l’attention sur un type d’organisation de la société civile gabonaise qui doit promouvoir l’action des promoteurs généralement ignorer ou négliger par les donateurs : les organisations communautaires de base.

Saluant l’arrivée de Croissance Saine Environnement membre de la plateforme ROSCEVAC – PACJA), qui s’occupera de la mise en œuvre du projet, les usines de la Société de Brasserie du Gabon et Olam dont les usines de Mouila ont reçu la certification, ont déjà marqué leurs accords de collaborer dans l’intérêt d’un environnement durable. A ces deux, entreprises s’ajoute, la Fondation Séïdou Kane (FSK) pour le développement durable et la santé.

GI/YKM/FM/NN/19