Restitution de la COP24 au Gabon : Le ROSCEVAC et le PACJA remplissent leur part de contrat

Libreville, 28 avril 2019 ( GabonInitiatives) – Présents à Katowice en Pologne lors de la COP24, le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) et l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA, section Gabon), viennent de remplir leur part de contrat à travers un Forum de restitution organisé le 27 avril dernier à l’auditorium du ministère des Eaux et Forêts en présence de toutes les parties prenantes engagées dans les questions de lutte contre les changements climatiques et autres aspects liés à la préservation de l’environnement.

De la gauche vers la droite : Fabrice Ntchango (coordonnateur national du PACJA), Nicaise Moulombi ( président du Conseil de Surveillance du PACJA et président exécutif du ROSCEVAC), Emmanuel Ngoyi Bayani (DG de l’environnement) et Honoré Tabuna (Expert CEEAC en économie verte)

« L’aboutissement des négociations sur les règles d’application de l’Accord de Paris » et les « avancées du dialogue de Talanoa pour la relève 2020 », sont les principaux objectifs de la restitution de ce Forum expliqués par les panelistes et autres experts invités pour la circonstance.

Justifiant l’intérêt du Forum, Nicaise Moulombi, en sa double qualité de président du Conseil de Surveillance du PACJA et président Exécutif du ROSCEVAC, a expliqué que cette restitution s’inscrit dans l’élan de professionnaliser la société civile gabonaise en tant que partenaire au développement durable du pays et de la sous – région.

« En marge de la COP24, nous avons entrepris plusieurs actions sur le plan national à travers la semaine d’action pré-COP24 qui nous avait permis de consulter plusieurs acteurs parmi lesquels la société civile pour recueillir leurs avis. Aujourd’hui, il est tout à fait normal de revenir vers elle via une restitution afin qu’elle s’imprègne ensemble que d’autre acteurs des prises de décisions internationales en vue de poursuivre son plaidoyer dans l’objectif d’opérationnaliser les engagements pris à la COP21 », a expliqué M. Moulombi non sans remercier l’ensemble des partenaires.

Sur le plan continental, le Gabon fut le premier pays à élaborer et adopter sa CDN (Contribution Déterminée Nationale), présentant l’ensemble des engagements d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques pour 2025 avec l’objectif de réduire de 50% son taux d’émission de gaz à effet de serre.

« Le défi mondial à l’horizon 2050 serait de parvenir à renverser la tendance actuelle. Le Gabon doit opérationnaliser son engagement pour maintenir son leadership en Afrique », a estimé Fabrice Ntchango, coordonnateur national du PACJA – Gabon.

Il a averti que les changements climatiques auront de graves conséquences avec la forte augmentation de température, la diminution des ressources en eau, la forte variabilité de la pluviométrie, la diminution des rendements des produits agricoles et de nombreuses catastrophes qui pourraient surprendre si rien n’est fait dans l’urgence.

Pour lui, le moment est venu de passer à l’action. Des mesures d’adaptation innovantes pour faire face à ce risque en plus de saisir les opportunités qu’offrent les changements climatiques s’imposent.

Fabrice Ntchango ( coordonnateur national du PACJA- Gabon)

De ce Forum, on retiendra également que la société civile dans son ensemble souhaite une meilleure prise en compte de la justice climatique avec plus de financement pour accompagner ses actions en vue de l’adaptation au climat dans les domaines agricoles, droit humain et énergie propre en impliquant les jeunes et les femmes affectés directement par les conséquences des changements climatiques.

Ce Forum financé par l’Agence Suédoise de Développement Internationale (SIDA), a surtout permis d’attirer l’attention des différents acteurs à prendre conscience des enjeux des nouveaux défis environnementaux quant aux engagements à prendre dans les actions de lutte à mener.

« La survie des populations à travers le monde dépend encore du bon fonctionnement de nos écosystèmes et de la bonne gestion de notre environnement », a rappelé M. Ntchango.

Emmanuel Ngoyi Bayani ( DG de l’environnement) avec micro à la main et Nicaise Moulombi ( ensemble blanc)

Saluant l’initiative louable du PACJA et du ROSCEVAC, le Directeur Général de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Emmanuel Ngoyi Bayani a indiqué que forum est une valeur ajouté pour l’ensemble des acteurs concernés.

Au nombre des invités, il y avait outre le Directeur Général de l’Environnement et de la Protection de la Nature, les représentants de la Communauté des Etats Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), du ministère de l’Energie, du Conseil National Climat entre autres.

Rappelons que la COP24 en Pologne, a réunie quelques 197 pays de la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique signataires des règles d’application de l’accord de Paris, premier traité international sur le climat conclu en décembre 2015 en France.

GI/MKKE/NN/FM/19