Régies financières : la Fecorefi annonce une AG décisive

Au sein des régies financières, le feu couve toujours. Si le chef de l’Etat a instruit son Premier ministre de ramener la sérénité au sein de ce secteur, la Fédération des collecteurs des régies financières assure que le gouvernement a réagi par le silence. Après avoir pris du recul, elle a annoncé une Assemblée générale de décision dans les prochains jours.

Doud De Mouss

4 mois après le début de la grève générale illimitée des Régies Financières sur toute l’étendue du territoire national, la Fédération des collecteurs des régies financières (Fecorefi) est certaine de ce que le gouvernement ne se préoccupe pas des pertes sèches et abyssales des recettes budgétaires qui annihilent sérieusement « les efforts courageux et louables du chef de l’Etat, de relancer notre économie fortement impactée par les effets de la lutte contre la propagation de la pandémie dite de la Covid-19». Au cours d’un point presse ce 20 novembre, la Fecorefi a indiqué que bien qu’Ali Bongo Ondimba ait instruit le gouvernement de dialoguer avec les partenaires sociaux afin de ramener la sérénité dans ce secteur stratégique, le silence demeure.

Mieux, assure la Fecorefi, ministre de l’Economie qui a été du début à la fin du problème posé, « au lieu de le traiter s’époumone à faire croire à tout le monde qu’il est la victime d’une machination politique et d’un chantage comme si nos revendications étaient politiques. Est-ce au nom de cette machination politique qu’il n’a jamais ouvert des négociations avec les collecteurs depuis leur entrée en grève générale le 13 juillet 2020 ?», se sont interrogés les collecteurs qui rappellent leurs principales revendications : droits et acquis sociaux, intégration dans la Fonction publique, reclassement et avancement, nettoyage du fichier afin de réaliser des économies substantielles sur l’enveloppe de paiement des primes, organisation des assises tripartites pour redémarrer sous des meilleurs auspices.

Selon la Fecorefi, jusqu’à ce 20 novembre les agents des Régies financières ne sont toujours pas payés. Ce qui veut dire, explique la fédération, pas de loyer payé, pas d’inscription d’enfants et pour ceux qui l’ont quand même fait pas de fournitures scolaires. Si elle dit demeurer ouverte au dialogue souhaité par Ali Bongo, elle informe tout de même qu’elle « appellera dans les prochains jours les agents en Assemblée générale de décision ». Dans cette optique, la Fecorefi invite ses structures provinciales à se tenir prêtes à exécuter le mot d’ordre qui sera donné.