Pré – Cop 24 : Le PACJA et le ROSCEVAC sensibilisent les générations futures

Libreville, 29 novembre 2018 (GabonInitiatives) – En tant que générations futures, les élèves de l’école primaire Aquarelles et de l’Institution Immaculée Conception (secondaire) rassemblés en un seul lieu, ont été sensibilisés le 23 novembre dernier par l’Alliance Panafricaine pour la Justice et le Climat (PACJA – Gabon) et le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), sur les changements climatiques dans le cadre de la fin de la « Semaine d’action » initiée en prélude de la Pré – Cop 24.

La séance de sensibilisation avec les élèves de l’école d’Aquarelles et de l’institution Immaculée Conception s’inscrit dans le cadre de la poursuite du programme visant la création des clubs environnements dans le maximum d’établissements du pays.

« Quelle planète va-t-on confier à nos enfants ? », s’est interrogé Stephen Jackson représentant résident du Programme des Nations – Unies pour le Développement au Gabon (PNUD) saluant le leadership mené par Nicaise Moulombi au compte de la société civile et par les autorités gabonaises.

La Semaine de la Pré-Cop 24 qui a mobilisé les élèves, le corps enseignants, membre du gouvernement … à l’institution Immaculée Conception, s’est achevée par l’interpellation des enfants.

« L’environnement est l’ensemble des éléments qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins. Protéger l’environnement c’est préserver la survie et l’avenir de l’humanité. En effet, l’environnement est notre source de nourriture et d’eau potable. Le recyclage est un mode de traitement qui permet d’économiser de la matière première et de minimiser les pollutions liées au volume et à la toxicité des déchets » et d’ajouter en guise de slogan « mort aux déchets, vive le recyclage », a émerveillé Lauria Marie Essono Lanchère (9ans) élève en classe de 5ème année à l’école Aquarelles.

Pour Diouf élève en classe de 4ème année du même établissement : « Pour préserver l’environnement on ne doit pas jeter les ordures n’importe où, on doit les jeter dans une poubelle. Il faut que le gouvernement accepte de nous aider et aussi aider les organisations à lutter contre la pollution de notre planète ».

Parce que les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain et que l’arbre étant la meilleure solution naturelle pour lutter contre les changements climatiques, une séance de planting d’arbres suivie d’une marche pour la lutte contre les changements climatiques ont scellé l’engagement de raison entre les enfants et le climat.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) la population urbaine mondiale croit rapidement et planter un arbre aujourd’hui est essentiel pour les générations futures car, un arbre peut absorber jusqu’à 150kg de CO2 par an en séquestrant du carbone et par conséquent atténuer les changements climatiques.

L’accord de Paris rappelons – le, avait appelé les jeunes dans des actions de climat afin d’inculquer aux générations futures des valeurs citoyennes tournées vers une conscience écologique et éthique.

Cette Semaine d’action a été rendue possible grâce à l’appui financier de l’agence suédoise de la coopération internationale SIDA.

GI/FM/NN/18