Postbank : Quand le liquidateur ignore sa mission régalienne

Le liquidateur de postbank, le mis en cause

Libreville, 6 juin 2018 (GabonInitiatives) – Appelé de toute urgence en sapeur pompier, le liquidateur de la Postbank, Dieudonné Nkassa Emane est aujourd’hui aux abois, et n’entend pas lâcher prise à la surprise générale du collectif des agents de cette entité qui dénoncent.

Accusé d’avoir soustrait d’importante sommes d’argent dans les comptes clients de Postbank, le liquidateur, pour se défendre a trouvé le plaisir d’impliquer dans ses turpitudes le gouvernement gabonais (dixit le journal ECHOS DU NORD), au lieu de répondre à des simples questions. Dieudonné Nkassa Emane ne sait plus à quel saint se vouer, après avoir dansé sur les avoirs des clients durant 6 mois tel une cigale sans penser au lendemain. Le voici aujourd’hui coincé à l’heure du bilan d’étape de sa curieuse liquidation.

Selon le collectif des agents de la Postbank, Dieudonné Nkassa Emane prend ses fonctions de liquidateur en septembre 2017, il a ainsi l’exclusivité de la gestion des comptes de Postbank et de la poste S.A à cette époque là. Les enquêtes ont démontré qu’il y avait en liquide sur le compte de l’entreprise commerciale CECA-GADIS la somme de 318.386.467FCFA, de novembre 2017 à avril 2018, cette entreprise a fait des versements de l’ordre de 4.456.881.049FCFA contre des retraits de l’ordre de 4.095.084.248FCFA ce qui fait un solde créditeur de 680.183.268FCFA. De même, avec Pétro-Gabon, le solde de la société était de 65.875.005FCFA de novembre 2017 à avril 2018. La dite entreprise a fait des versements de l’ordre de 361.237.185FCFA contre des retraits de l’ordre de 298.083.999FCFA ce qui fait un solde créditeur de 129.028.19FCFA.

Au total, pour les deux entreprises, il s’agit d’un montant de 809.211.459FCA. La question est donc simple et ne cesse d’alimenter les couloirs de la poste : qu’a donc fait Dieudonné Nkassa Emane de tout cet argent alors qu’entre temps il disposait d’un PNB de 350 millions de francs CFA chaque mois et durant 6 mois soit 2 milliards 100 millions de francs CFA.

Pourquoi a-t-il-été obligé d’aller encore piocher dans les comptes des clients ? Voilà la seule question à laquelle la réponse de Nkassa Emane est attendue et non des élucubrations d’autres natures.

Pour le collectif, « il parle d’un accord conclu avec l’entreprise CECA-GADIS, c’est simple qu’il publie les termes de cet accord dans son journal de prédilection. D’ailleurs selon nos investigations l’entreprise CECA-GADIS avait saisi à l’époque l’ancien ministre de l’économie pour recouvrer ses fonds. Alors si à ce jour Mr Nkassa Emane n’a rien pris, qu’il rende alors cet argent. C’est tout par ce qu’il s’agit de comptes à vue », a laissé entendre le collectif.

C’est donc une police des polices qui est ainsi lancé aux trousses du liquidateur qui est ici rappelé à l’ordre car en tout état de cause la transparence dans la gestion doit primer sur la chose publique.

GI/SCTK/FM/NN/18

 

PARTAGER
Fabrice Mikomba - Expert Gabon et Afrique Centrale
Fabrice Mikomba est journaliste expert Afrique et Afrique centrale depuis 1989. Après avoir travaillé pour RFI et de nombreux médias on et off line il est désormais spécialiste Gabon et Afrique Centrale pour Gabon Initiatives et Info Afrique et ce depuis 2012.