17 pointes d’ivoire entre les mains d’un burkinabé

Mitzic, 23 Juillet (GabonInitiatives) – 17 pointes d’ivoire et une peau de panthère. C’est le butin de Maïga Hamidou, un ressortissant burkinabé, mis aux arrêts mercredi dernier à Mitzic.

Maïga Hamidou est sans doute la preuve que le trafic de l’ivoire reste prospère malgré la décision du géant chinois d’interdire l’importation et la commercialisation du précieux produit.

Le ressortissant burkinabé est gardé à vue à la brigade centre de gendarmerie de Mitzic depuis le 19 juillet dernier pour avoir détenu, transporté et commercialisé 17 pointes d’ivoire et une peau de panthère.

L’arrestation de ce criminel de la faune a été rendue possible grâce à une équipe composée des agents  de la brigade centre de gendarmerie de Mitzic et des Eaux et Forêts qu’accompagnaient des membres de l’ONG Conservation Justice.

C’est à Mitzic que la petite équipe va apprendre que le trafiquant était dans l’attente d’un de ses complices conducteur  de camion pour expédier la marchandise au Cameroun voisin.

Rapidement, l’homme est repéré. Juste au moment où il se rend dans un bâtiment privé de la vérité commune pour régler sans doute les derniers éléments de sa transaction.  Là, il expose au sol son butin. C’est à ce moment qu’il est alors pris en flagrant délit par les agents de la gendarmerie qui l’avaient suivi.

Dans cette transaction, Maïga Hamidou devait percevoir la belle somme de 3.200.000 FCFA pour ses 30kg d’Ivoire et sa peau de panthère.

Conduit dans les locaux de la brigade centre de Mitzic, il finit par avouer les faits en citant certains de ses complices trafiquants et braconniers qui résideraient au village Plus Tard dans la province du Moyen Ogooué, non loin de Ndjolé.

Le massacre des espèces intégralement protégées pour leurs trophées est un commerce assez lucratif qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Maaïga Hamidou a violé les dispositions des articles 92 du code forestier et 3 du décret 163/PR/MEF du 19 janvier 2011 qui interdit la  chasse, la détention, le transport et la commercialisation des espèces animales intégralement protégées et notamment leurs produit et trophées.

Maïga Hamidou sera présenté au parquet d’Oyem dans les tous prochains jours. Il risque jusqu’à 6 mois d’emprisonnement.

GI/SM/FM/17