Pizolub : les employés bientôt soulagés

Les employés de Pizolub qui accumulent 6 mois d’arriéré de salaires, entreront bientôt dans leurs droits. Après avoir été reçu par le ministre du Pétrole, le secrétaire général de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) s’est entretenu avec le directeur général de Pizolub. Les employés devraient bientôt être soulagés.

Doud De Mouss

Au Gabon, la crise dans le secteur pétrolier inquiète l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep). A juste titre, le syndicat des employés du pétrole a rencontré le 10 novembre, le ministre du Pétrole avec qui, il a été évoqué la dissolution de Gabon oil marketing (GOM), une filiale de Gabon oil company (GOC), mais aussi la situation de la société Pizo de formulation de lubrifiants (Pizolub). Là-bas, face à des tensions de trésorerie, les employés ne perçoivent pas de salaires depuis 6 mois. L’Onep qui s’est saisi du dossier depuis près de 3 mois, s’est donc enquis de l’évolution de la situation et le 13 novembre, s’est entretenu avec le directeur général de Pizolub, Guy-Christian Mavioga.

«L’échange portait sur la situation actuelle de la société Pizolub. Notamment, l’arrêt des activités et le non-paiement des salaires», a déclaré à l’issue de la rencontre, le secrétaire général de l’Onep. «Il était pour nous important de venir nous enquérir de la situation auprès du directeur général de Pizolub après nos échanges avec le ministre du Pétrole et du gaz qui nous a rassuré que le gouvernement avait pris sur lui de relancer l’activité à Pizolub et de faire payer les arriérés de salaire», a poursuivi Sylvain Mayabi Binet.

Selon lui, le gouvernement a donné toutes les garanties que les salaires seront payés dans les tout prochains jours. En clair, grâce aux démarches entreprises par la direction générale de Pizolub, le gouvernement a pris à bras le corps ce dossier qui devrait redonner le sourire à plusieurs familles. «Nous pouvons tout de même être rassuré de ce que le gouvernement est en train de régler cette situation qui pénalise de nombreuses familles gabonaises qui sont en ce moment à Port-Gentil», a exprimé Sylvain Mayabi Binet. «Donc, pour nous il fallait venir rencontrer le directeur général pour nous assurer qu’il avait également le même discours que le ministre, pour nous assurer que les travailleurs de Pizolub peuvent être sûrs que dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, au-delà des salaires, l’activité elle-même va reprendre», a-t-il poursuivi.

Alors que dans cette crise, les autres à l’instar de ceux de la GOM, n’ont pas pu avoir leurs emplois sauvés, d’aucuns se félicitent de la démarche de la direction générale qui a dit s’associer aux peines de ses employés et qui devrait surtout aider à la réalisation du “Gabon industriel” d’autant plus que les employés pourront reprendre le travail de façon optimale, la direction générale ayant obtenu la validation du payement des intrants pour blinder les tonnes de lubrifiants disponibles. En rappel, le 30 octobre, le Premier ministre encourageait les efforts de Pizolub en donnant l’agrément pour la commercialisation de ses produits dans la sous-région.