PFBC :Le PACJA et le ROSCEVAC appellent les bailleurs de fonds au respect de leurs engagements

Libreville, 16 décembre 2018 (GabonInitiatives) – Le délégué du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) et de l’Alliance Panafricaine pour la Justice et le Changement Climatique (PACJA) à la 18ème Réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), qui s’est ténue du 27 au 28 novembre dernier à Bruxelles en Belgique, a appelé les bailleurs de fonds au respect de leurs engagements passés et à plus s’investir financièrement.

Tenue chaque année, la Réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, est la haute instance du bassin du Congo rassemblant des Chefs d’Etat, des ministres, des hauts fonctionnaires multilatéraux, organisations internationales, peuples autochtones en passant des femmes, des jeunes, médias, chercheurs, organisations de la société civile entre autres. Le PCFB compte plus de 170 membres à travers le monde.

Le rendez – vous de la Belgique, qui enregistré plus de 400 participants dont le délégué du ROSCEVAC et du PACJA, a été rendu possible grâce à l’appui financier du pays haute, de l’Union Européenne (UE) et de l’Allemagne.

Exprimant la position du ROSCEVAC et du PACJA – Gabon, Fabrice Ntchango, a insisté sur le fait que le Bassin du Congo (2ème réservoir de carbone mondial) devrait être l’épicentre mondial dans la lutte contre les changements climatiques.

« Le moment est venu d’opérationnaliser les CND et optimiser les chances de réussite des mécanismes et les programmes REDD+ dans la sous – région », a estimé M. Ntchango.

En outre, il a fait état du projet portant renforcement des capacités des acteurs non étatiques gabonais dans le cadre de la mise en œuvre des CND, projet soutenu par le PACJA et l’agence SIDA son partenaire suédois.

Aussi, revenant sur le processus REDD+, il a soutenu la position du PACJA non sans souligner la position des autorités gabonaises conditionnant sa mise en œuvre qu’à travers son Plan National d’Affectation de Terre (PNAT)et son Système National d’Observation des Ressources Forestières (SNORF) en cours d’exécution via l’Initiative des Forêts d’Afrique Centrale (CAFI).

La 18ème Réunion des parties du PFBC, a donc été une occasion importante pour partager des connaissances, des idées et solutions à certains enjeux environnementaux du Bassin du Congo avec des implications sur la planète.

GI/FM/NN/18