Pêche thonière : Le Gabon et l’UE signent un protocole de 17 milliards de francs CFA

Le 10 février, le Gabon et l’Union européenne (UE) ont paraphé un nouveau protocole à l’Accord de partenariat de pêche durable (APPD). Autorisant l’accès des navires de l’UE dans les eaux gabonaises pour une période de 5 ans, dans le cadre du développement et la transformation du secteur de la pêche dans le pays, ce protocole d’une valeur de 17 milliards de francs CFA, qui permettra de renforcer la gouvernance des océans fait du Gabon le

Doud De Mouss

Le 10 février, le Gabon et l’Union européenne (UE) ont paraphé un nouveau protocole à l’Accord de partenariat de pêche durable (APPD). Selon Rosario Bento Pais, ambassadeur de l’UE au Gabon «c’est un protocole de nouvelle génération qui vient en considération de la protection de la biodiversité et des ressources halieutiques», qui s’inscrit dans le cadre du dialogue Gabon-UE et qui devrait permettre une création d’emplois dans le développement de l’industrie de la pêche. «Je pense que c’est un protocole très complet et je félicite les négociateurs, mes collègues de l’UE et les négociateurs gabonais d’avoir en peu de temps, pu avoir cet accord de nouvelle génération», a-t-elle dit.

Selon le ministre en charge de la Pêche, Biendi Maganga Moussavou, l’accord répond aux exigences du pilier Gabon bleu du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) en intégrant les principales préoccupations du Gabon en matière de pêche. «C’est ce qui va nous donner dans les années avenir, de réaliser cette transformation du thon au Gabon parce que nous avons pu établir grâce à ce protocole un modèle économique, qui nous permet de sécuriser des flux importants. Entre 26 et 30 millions d’euros au bout de 5 ans pour pouvoir réaliser tous les investissements qui devront l’être», a-t-ile expliqué d’autant plus que le Gabon mise sur l’industrialisation du secteur de la pêche. «L’engagement de l’UE c’est d’être à nos côtés dans le cadre de ce partenariat qui fait de nous le 2e partenaire de l’UE en matière pêche thonière», a-t-il ajouté indiquant qu’«avec 32 000 tonnes de référence pêchés chaque année dans nos eaux par les 27 senneurs qui figurent dans ce protocole, c’est la reconnaissance de l’importance du Gabon sur la carte dans le Golf de Guinée et dans l’océan atlantique comme étant un hub important de la pêche thonière». Pour ainsi dire, la flotte européenne ayant accès aux eaux gabonaises sera composée de 27 thoniers senneurs, de 6 thoniers canneurs et de 4 chalutiers visant les espèces démersales de poissons et crustacés, dans le cadre d’une pêche exploratoire.

Avec cet accord, estime le ministre en charge de la Pêche, le Gabon entre dans une phase où la pêche pourra contribuer de façon significative à la création de richesses dans le pays. Selon le ministère, l’UE contribuera au renforcement des capacités scientifiques, à la professionnalisation des acteurs, à l’observation et à la gestion de l’environnement marin et des aires marines protégées, à la gestion durable des stocks, à la surveillance de la pêche, ainsi qu’à la lutte contre la pêche illicite. «Le Protocole prévoit une limitation avant-gardiste de l’usage des dispositifs de concentration de poissons (DCP) à 125, la norme internationale étant de 300 par an et par navire», précise le ministère qui rappelle que la contribution de l’UE à ce nouveau protocole à l’APPD est estimée à 26 millions d’euros, soit 17 milliards francs CFA sur une période de 5 ans. «Ce nouveau protocole entrera en vigueur dès que le processus de validation par les deux parties sera parvenu à son terme», précise le ministère de la Pêche.

Avatar
Journaliste du média Gabon Initiatives