Le PACJA – Gabon appelle à la création d’un Conseil National de la Société Civile Gabonaise

Libreville, 3 mars (GabonInitiatives) – Le Secrétaire exécutif de l’Ong Gabon Ecologie, Fabrice Ntchango par ailleurs coordonnateur national de l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA – Gabon) et du Réseau des Organisation de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), vient de lancer ce week-end, au siège de l’ODDIG situé dans la commune d’Akanda, un appel à l’assemble des Organisation de la Société Civile (OSC), du Gouvernement et institutions de la République à œuvrer davantage à la création d’un Conseil National de la Société Civile du Gabon ( CNSCG), au même titre que le Conseil National de la Démocratie (CND) pour les politiques ou le Conseil National de la Jeunesse (CNJG), en vue de s’arrimer aux exigences de la mondialisation.

M. Ntchango qui ventile cette idée depuis quelques temps sur les réseaux sociaux à travers une plateforme créée sur whatsapp explique que « ce forum a toute sa raison d’être et à la place de création d’une plateforme de regroupement d’association qui pourrait mené un plaidoyer sur la participation active des OSC au développement dans notre pays je préconise la création d’un Conseil National de la Société Civile ».

Ce jeune acteur de la société civile gabonaise qui incarne le futur, soutien qu’il s’est rendu compte qu’en faisant un petit benchmarketing à partir de google que des pays comme le Sénégal, le Mali, la Guinée, Djibouti … disposent de cette institution pouvant servir de modèle au Gabon.

Quant au rôle et attributions assignés à la création de institution qu’il appel de tous ses vœux, estime que ce conseil aura entre autres missions d’ « assurer la veille, le contrôle et l’alerte pour la prise en compte des préoccupations des préoccupations des populations dans les programmes et politiques de développement et en matière de paix et sécurité » de faire des « propositions alternatives sur les politiques et la protection des DESC », de « doter les OSC de capacité à mieux défendre les intérêts des populations à la base » et à « assurer une communication interne et externe et un rôle d’interface entre la société civile, l’état et les autres acteurs ».

Selon lui, cette nouvelle institution aura pour but de « favoriser la mobilisation, la concertation et le dialogue entre les OSC et les autres partenaires et, les appuyer à agir sur les politiques et les stratégies de développement économique, social et culturel en cours ou d’actualité ».

Reste à savoir si cet appel sera entendu par les plus hautes autorités du pays : Affaire à suivre…

GI/YNK/MKKM/FM/19