One Planet Summit : Le ROSCEVAC présenté au ministre Nicolas Hulot

Paris, 13 décembre 2017 (GabonInitiatives) – Présent au One Planet Summit, le Président du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), Nicaise Moulombi  a présenté au ministre d’Etat français à la transition écologique, Nicolas Hulot les objectifs et missions du réseau qu’il représente à cette rencontre internationale. 

Entre les deux hommes, l’échange a essentiellement porté sur l’absence d’annonce pour l’Afrique centrale alors même que la conservation, selon un constat effectué par le ROSCEVAC dans la sous – région, met en danger les populations par les destructions des plantations et des habitats au regard de l’augmentation des pachydermes.

En outre, le Président du ROSCEVAC qui a pris une part active à la récente COP 23, en a profité pour présenter au ministre français en charge de l’écologie les missions du réseau qu’il représente à cette rencontre.

Il a informé Nicolas Hulot sur la place de cette sous-région dans la régulation climatique sur notre planète non sans évoquer le contenu du memorandum qu’il a transmis à l’occasion de la COP 21, mettant en relief l’importance du respect des engagements pris notamment par les pays développés dans le cadre des négociations climatiques.

« La COP 23 de Bonn nous donne aujourd’hui raison car les engagements pris tant dans le cadre des décisions de la COP de Varsovie ou dans le cadre de l’amendement de Doha ne sont toujours pas mis en œuvre », a déclaré avec insistance Nicaise Moulombi.

La société civile d’Afrique centrale et le réseau des parlementaires panafricains ont clairement souligné l’importance pour les pays développés d’honorer leurs engagements et surtout de faire preuve d’une véritable transparence et de détermination dans l’action climatique. C’est en cela que nous saluons l’initiative du Président Macron qui vise véritablement à faire bouger les lignes en faveur d’un engagement clair et pragmatique concernant l’application et l’opérationnalisation des principales mesures de l’Accord de Paris sur le climat.

Il a indiqué à son hôte les attentes de la société civile qui portent notamment sur la “matérialisation et la traduction des intentions des pays développés en actions concrètes en faveur de l’adaptation du continent aux effets du changement climatique”.

De même a-t-il interpellé le gouvernement français à travers son ministre d’Etat à la transition écologique à plus d’engagements et d’actions envers la société civile de la zone CEEAC des pays situés dans le bassin du Congo, 2ème poumon écologique mondial après l’Amazonie.

GI/FM/NN/17