Nicaise Moulombi Président du ROSCEVAC : « L’industrialisation de l’Afrique se fera avec la société civile »

Abidjan (Côte d’Ivoire) : La ville d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a été, du lundi 7 au mercredi 9 mai 2018, le carrefour des grandes réflexions de la société civile sur l’industrialisation en Afrique. Une initiative de la Banque Africaine de développement (BAD) qui a été une excellente tribune pour un dialogue entre la société civile et la Banque. Nicaise Moulombi, Président Croissance et Environnement au Gabon et Président pour l’Economie verte en Afrique centrale, se réjouit de cette opportunité qui permet à la société civile de faire face à ses responsabilités dans la vision d’une industrialisation inclusive en Afrique. Au détour d’une interview accordée à Abidjan à votre journal, le porte-parole de l’ensemble de la société civile a réaffirmé l’engagement de la société civile à accompagner la BAD dans son ambition. Il a ensuite convié l’institution bancaire à développer les stratégies adéquates dans les pays africains afin de rendre plus visible ses actions.

L’Evénement-Précis : Monsieur Nicaise Moulombi, vous avez pris part au forum qui a réuni la société civile africaine et la Bad, ici à Abidjan. Quelles sont vos impressions au terme des échanges ?

Nicaise Moulombi : D’abord, je remercie le Dr Adéchina qui a bien voulu réunir la société civile et la banque, mais aussi remercier surtout l’équipe de la banque qui a travaillé d’arrache-pied pour que la société civile se retrouve. J’ai eu l’honneur de porter la voix de l’ensemble de la société civile pour rappeler à la Banque Africaine de Développement que les cinq priorités du président Adéchina et de la banque a savoir l’énergie, la nourriture, l’industrialisation, l’intégration et la qualité de vie des populations, trouveront le témoignage de la société civile dans les 54 pays. C’est unique, ce qui vient de se passer. Pour la première fois, la banque a réuni, à son siège à Abidjan, la société civile pour un dialogue franc. C’est une longue responsabilité pour la société civile de réussir ce pari aux côtés de la banque qui est la banque des Etats.

Que peut-on retenir de ce conclave ?

Il faut retenir que l’industrialisation se fera avec la société civile. Une industrialisation résiliente qui respecte les droits humains et à faible impact écologique, une industrialisation agricole qui met au centre, la promotion du genre, une industrialisation qui permet d’arrêter l’envoi de nos frères et sœurs en Europe, mais une industrialisation qui doit se tourner autour des 3 G : Gagnant pour les pays, Gagnant pour le secteur privé et Gagnant pour les populations.

Quelles sont les principales recommandations issues du forum ?

Parmi les recommandations issues des assises d’Abidjan avec la BAD, nous avons la mise en place du comité de la société civile qui va travailler avec la banque et toutes ses directions. Il revient maintenant à la Banque Africaine de Développement de budgétiser les Journées portes ouvertes dans chaque pays pour que les populations s’approprient ce que la banque fait pour elles.

Entretien réalisé à Abidjan par Gérard AGOGNON

Source : L’Evènement précis

GI/18