Mesures anticovid : Retour des check-points et couvre-feu de 20h à 5h…

Pour faire face à la tendance haussière de courbe épidémiologique du Covid-19 persistant depuis décembre 2020, le gouvernement a annoncé le retour des check-points, ramené le couvre-feu ramené de 20h à 5h du matin dès le 25 janvier, promis des amendes pour les indélicats et annoncé l’obligation des tests antigéniques pour les personnes présentant des symptômes grippaux.

Doud de Mouss

Dès ce lundi 25 janvier, a annoncé le ministre de l’Intérieur lors d’une conférence gouvernementale le 23 janvier, «des check-points vont être remis au goût du jour aussi bien le jour que la nuit». Face à la hausse inquiétante du nombre de cas positifs au covid-19 depuis le mois de décembre, le gouvernement veut limiter des dégâts. Dans cette optique, a informé Lambert Noël Matha, le couvre-feu a été ramené de 20h à 5h du matin alors qu’il était déjà passé de 22h à 5h du matin. Le ministre de l’Intérieur rappelle la nécessité de respecter les mesures barrières dont l’une des premières est le port correct du masque dans tous les espaces publiques y compris dans les véhicules individuels.

Sans quoi, des amendes seront automatiquement imposées au indélicats. Au nombre des amendes, 25 000 francs à 200 000 francs CFA pour le non port du masque ou le port apparent du masque. 100 000 francs à 5 millions de francs CFA pour les rassemblements, sachant que la limitation est de 30 personnes, sauf dérogation spéciale pour la tenue de certains événements avec l’accord des pouvoirs publics. Alors que d’aucuns craignaient l’imposition d’un reconfinement pour faire face à la montée inquiétante de la seconde vague de la pandémie dans le pays, le gouvernement a, sans doute dans un premier temps, opter pour l’intensification des actions de sensibilisation et de dépistage.

Dans ce cadre, le ministre de la Santé a pour sa part annoncé que des tests antigéniques seront désormais imposées à toute personne se rendant en consultation et présentant les symptômes de la toux. «Nous avons commandé un lot important de tests de dépistages rapide antigéniques, ces tests vont être vulgarisés dans les hôpitaux, les centres de santé et les cliniques privés afin que nous puissions rendre obligatoire dans les toutes prochaines semaines, toutes les personnes qui consultent et qui présentent une fièvre, une toux, un mal de gorge et des douleurs articulaires», a décalré Guy-Patrick Obiang. Le gouvernement compte par cette démarche, cerner rapidement si ce sont des personnes contaminées au covid-19 ou pas et annoncé la mise en place des unités de dépistage dans les établissements scolaires au regard de l’enregistrement de quelques cas d’élèves contaminés au covid-19.

Ces élèves comme les autres, se soumettront aux tests antigéniques dont les résultats sont disponibles entre 15 à 30 mn, et pourront par la suite subir les examens habituels pour des diagnostics de confirmation qui seront faits avec des tests PCR.