Lubrifiants : de quoi Pizolub est-il désormais le nom ?

La tension est vive à la société Pizo de formulation des lubrifiants où les employés attendent le paiement de 7 mois d’arriérés de salaire. Alors que son administrateur directeur général vient d’être éjecté, des réalisations majeures sous sa direction, ont permis de rendre à cette entreprise ses lettres de noblesse.

 Doud De Mouss

Au Gabon, le désormais ancien directeur général de Pizolub, Guy-Christian Mavioga est sous les feux des projecteurs. D’aucuns l’accusent d’avoir coulé Pizolub. Si certains dénoncent une cabale médiatique contre lui, d’autres rappellent à juste titre qu’il a trouvé un bateau déjà ivre. Pour ainsi dire, l’entreprise dont l’Etat est actionnaire majoritaire, croulait déjà sous des milliards de dettes. “En arrivant à Pizolub, j’ai trouvé une entreprise avec un corps certes, mais sans âme ni esprit. Moi Mavioga j’ai donné à Pizolub une âme et un esprit. Le reste n’est que balivernes. Avec ou sans moi Pizolub ne mourra pas”, a assumé sur Facebook, l’administrateur directeur général de Pizolub.

Nommé à la tête de cette entreprise en février 2019, Guy-Christian Mavioga trouve une entreprise endettée à hauteur de 9 milliards de francs CFA. Face au manque d’un réel soutien de l’Etat, Pizolub connaît des moments de flottement amplifiés par la crise sanitaire liée au Covid-19. A la clé, l’arrêt de l’outil de production et des arriérés de salaire du personnel établit à ce jour à 7 mois. Qu’à cela ne tienne, il obtient des moyens pour le paiement des salaires aux employés et la relance des activités. L’initiative vaudrait d’ailleurs la cabale à Guy Christian Mavioga. Mais au-delà, “ceux qui savent”, assurent que Guy Christian Mavioga à donner à Pizolub un nom.

Entre création de la première marque gabonaise de lubrifiants (PIZOLUB) déclinée en 58 produits certifiés aux normes internationales par le Groupe Chevron Oronite2,  et remise à niveau du Laboratoire de Lubrifiants pour la garantie d’un produit de qualité, l’entreprise a obtenu pour la première fois dans l’histoire 4 000 tonnes d’huile de base en provenance de la principale raffinerie du Portugal par un financement en LC d’Ecobank. De même, Pizolub a obtenu les agréments CEEAC/CEMAC donnant accès au marché sous régional et international en plus d’avoir renforcer les capacités des employés qui ont été gratifiés de revalorisation salariale globale avec à la clé, l’amélioration de leurs conditions de travail. Alors que l’entreprise n’embauche qu’à peine 154 employés, il a été mis en place un plan d’affaires pouvant générer jusqu’à 4000 emplois directs et indirects. Actuellement, un laboratoire sous régional répondant aux normes internationales est en construction sur le site de Pizolub Port-Gentil.