Les livrables du PESISE présentés au Premier ministre

Libreville, 8 novembre 2018 (GabonInitiatives) – Au terme de 12 mois d’études scientifiques, les livrables du Programme National d’Evaluation Environnementale des Sites Industriels et des Services Environnementaux et Études connexes (PESISE), ont été présentés le 5 novembre dernier au Premier ministre, Emmanuel Issozé Ngondet par le coordonnateur national du projet, Nicaise Moulombi en présence du représentant résident de la Banque Africaine de Développement (BAD).

«Les livrables que nous venons de remettre au Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet, constituent les résultats des études scientifiques sur les pollutions environnementales des Sites Industriels et sur l’opérationnalisation du Fond de sauvegarde Environnementale (FSE) menées par l’Observatoire de promotion, de Développement Durable, de Produits et Services de l’Industries du Gabon (ODDIG) avec l’appui financier de la BAD», a déclaré Nicaise Moulombi, le coordonnateur national du PESISE.

Ce projet qui s’est déroulé sur 12 mois s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de développement durable du Gabon et dont la loi d’orientation sur le développement durable constitue la boussole. Il a pour objectif stratégique l’amélioration des conditions d’existence des populations par la promotion d’un développement industriel à faible empreinte écologique et la lutte contre les effets de changements climatiques au Gabon. Il visait plusieurs objectifs spécifiques, le renforcement des capacités nationales en matière de développement durable, l’appui institutionnel à l’Observatoire de promotion, de Développement Durable, de Produits et Services de l’Industries du Gabon (ODDIG) et l’opérationnalisation du Fond pour le Suivi Environnemental (FSE).

En effet, de plus en plus, le Gabon élabore des politiques environnementales, institue des mécanismes d’évaluation de la gouvernance environnementale, veut mettre en place des installations locales à même de traiter les déchets dans les conditions environnementales et sociales appropriées et favoriser l’accès à l’information environnementale (pollutions, climat, ordures, assainissements, déchets industriels, produits chimiques,…) aux organisations non gouvernementales comme l’ODDIG.

Tout en rappelant l’engagement du Gabon à faire du Gabon Vert, le socle de toutes les activités dont les résultats escomptés demeurent la réalisation des Objectifs de Développement Durables de l’Agenda 2030 des Nations Unies, le Premier Ministre gabonais a salué « l’approche inclusive » du gouvernement qui vise notamment à impliquer les Organisations Non Gouvernementales (ONG) dans la mise en œuvre de projets structurants. C’est à ce titre justement que le Ministère en charge de l’Economie avait sollicité la BAD pour l’octroi des fonds au PESISE.

Dans la perspective de recevoir très prochainement, de manière solennelle les résultats de cette étude scientifique, Issoze Ngondet a «félicité le travail accompli et la méthodologie qui a été mise en place ». Avec «ces résultats préliminaires, le gouvernement peut avoir des pistes pour engager le Gabon vers des discussions avec la BAD pour la seconde phase du PESISE +5 ».

Pour avoir octroyé un financement de plus de 800 millions de francs CFA, conformément aux termes d’une convention signée ce 17 mars 2018 à Libreville, la BAD, guidée par une approche opérationnelle qui vise à emmener le pays à s’engager vers « une croissance rapide et inclusive », entend surtout «soutenir une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources», a précisé Robert Masumbuko, le représentant résident de la BAD au Gabon.

«L’environnement du Gabon est un des plus extraordinaires du monde, un des meilleurs du monde. Et, je crois que le gouvernement souhaite le préserver ainsi tout en bénéficiant de la croissance économique », a-t-il ajouté.

Pour information, l’enquête de l’étude de faisabilité du programme national d’évaluation environnementale des sites industriels et des services environnementaux (PESISE) révèle plusieurs problèmes environnementaux et sociaux dans les sites industriels. Notamment les nuisances, émissions, contaminations des écosystèmes, faiblesse des compétences, absence de stratégies des contrôles et de suivi environnemental régulier des PGES, faiblesse du dialogue social et environnemental dans certaines grandes sociétés et l’absence de suivi des engagements pris dans le cadre des plans de gestions environnementaux et sociaux, etc.

Source & crédit photo: médias241

GI / 18