Le rapport FCPF remis au ministre Jacques Denis Tsanga

Libreville, 1er août 2018 (GabonInitiatives) – Le ministre des Eaux et Forêts, Jacques Denis Tsanga par ailleurs président en exercice de la Conférence ministérielle africaine de l’environnement (CMAE), a reçu ce mardi, des mains du secrétaire exécutif du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), Nicaise Moloumbi, le rapport sur l’atelier d’achèvement du Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF).

De retour en terre gabonaise, le secrétaire exécutif du ROSCEVAC, Nicaise Moulombi, a tenu, en sa double qualité de président du Conseil de Surveillance de la Plateforme Gabonaise Pour le Climat, l’Energie et le Développement Durable (PACJA-Gabon), à présenter au ministre de l’environnement le rapport de la mission sur l’atelier d’achèvement du Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) présenté comme un cadre d’échange, de concertations et de renforcements des capacités des différents acteurs et parties prenantes au processus REDD+, conduite par la délégation gabonaise à Addis-Abeba en Ethiopie du 23 au 28 juillet dernier.

En effet, au cours de cet atelier, la délégation gabonaise représentée par Nicaise Moulombi, s’est prononcée et a axé ses contributions sur sa volonté de voir l’engagement du Gabon au programme REDD+ se concrétiser.

C’est donc autour des enjeux de l’atelier de renforcement des capacités du FCPF que s’est axée la rencontre avec le ministre Jacques Denis Tsanga. L’objectif étant de susciter la prise de conscience des autorités sur le processus de REDD+, quand on sait que les questions de changements climatiques font office d’une attention particulière dans le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE).

C’est donc, face au manque d’opérationalisation des actions relatives à l’atteinte des objectifs fixés par le programme REDD+, que le secrétaire exécutif du ROSCEVAC a sollicité le soutien du ministre pour la mise en place à moyen terme des recommandations émises par la délégation gabonaise à la suite des échanges poursuivi au cours de l’atelier.

Saluant le plaidoyer de son hôte, le ministre a tenu, à rappeler l’engagement du Gabon dans la lutte contre les changements climatiques, notamment en maîtrisant ses émissions de gaz à effet de serre, par la rationalisation de l’utilisation des terres. De même qu’il a souhaité poursuivre cet échange avec la contribution du Conseil National Climat, le PACJA et le ROSCEVAC afin de mutualiser les efforts et capitaliser l’engagement du Gabon au processus REDD+.

Ainsi, la participation de la société civile gabonaise à cet atelier vient une énième fois démontrer le réel engagement de cette partie prenante quant au respect et à l’atteinte des 17 objectifs de développement durable d’une part, et d’accompagner les autorités gabonaises quant au respect de leur engagement lors de la COP 21 sur les politiques d’adaptation et les moyens de prévention aux changements climatiques d’autre part, en réduisant de moins de 2% son taux d’émission de carbone.

GI/FM/NN/18