Inauguration du mandat de Nestor Mbou à la tête de la CNLCEI

Libreville, 25 mai 2019 ( GabonInitiatives) -Journée de vendredi (hier), au pas de course pour la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (CNLCEI) dont les nouveaux membres ( 4ème mandature), avec à leur tête, M. Nestor Mbou, ont prêté serment lors d’une audience solennelle devant la Cour de Cassation avant leur installation, au siège de ladite Commission, par M. Francis Nkéa, Ministre d’État, Ministre des Relations avec les Institutions Constitutionnelles et les Autorités Administratives Indépendantes ; occasion pour le successeur de M. Dieudonné Odounga Awassi, de lancer un appel à « toutes les composantes du service public à observer l’éthique de la gestion des affaires publiques gage de la transformation et du développement souhaité par tous », dans le « contexte de relance économique auquel notre pays est engagé ».

Trois discours ont , en début d’après-midi , ponctué la cérémonie de passation des charges entre les présidents de la CNLCEI entrant, M. Nestor Mbou, et sortant, M. Dieudonné Odounga Awassi, sous conduite du Ministre d’État, Ministre des Relations avec les Institutions Constitutionnelles et les Autorités Administratives Indépendantes , M. Francis Nkéa, en présence des nouveaux et anciens membres, des personnalités ainsi que le personnel de la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite.

Dans son mot de circonstance, le désormais ancien président de la CNLCEI, M.D.Odounga Awassi, Magistrat Hors- Hiérarchie, au terme de « 70 mois » passés dans l’institution, s’est gardé de dresser un tableau des « activités réalisées et les difficultés rencontrées ». Néanmoins, a-t-il soutenu : « beaucoup reste à faire au regard de la situation économique de notre pays ».
Dans la foulée, il a souhaité à la nouvelle mandature, incarnée par M. Nestor Mbou, Magistrat-Hors Hiérarchie, la « même collaboration », qui lui a été accordée car le « président en a besoin dans notre intérêt et celui de notre État ».
ATTENTES

En écho au mot de son prédécesseur, le nouveau patron de la Commission, N. Mbou, a non seulement « féliciter » M. D.O. Awassi pour le « travail accompli » mais aussi qu’il allait s’employer à poursuivre le travail qui a été réalisé à la tête de cette institution , tout en comptant sur la « disponibilité » du président sortant.

En s’appuyant sur sa feuille de route, M. Nestor Mbou a exhorté toutes les « composantes du service publique à observer l’éthique de la gestion des affaires publiques ». Cette action s’inscrivait , a-t-il soutenu, « plus que jamais sur le chemin de la bonne gouvernance, gage de la transformation et du développement souhaité par tous (…) , dans ce contexte de relance économique auquel notre pays est engagé(…) », d’autant plus qu’il mesure la « grandeur des attentes des plus hautes autorités ».

Autres attentes, celles que le président de la CNLCEI a adressé aux partenaires multilatéraux.

« Le FMI a créé en son sein , un département dédié à la lutte contre la corruption, et le Gabon gagnerait à tisser des liens étroits avec cette instance, dans le cadre d’un partenariat technique, au même titre que l’Organisation des Nations Unies , à travers l’ONUDC , et l’Union Africaine », a-t-il souligné.

En clair, la lutte contre la corruption est une priorité pour le Gabon.
Ce qui requiert, a recommandé , de son côté, dans son allocution , Maître Francis Nkéa, Ministre d’État, Ministre des Relations avec les Institutions Constitutionnelles et les Autorités Administratives Indépendantes, « la mise en place d’une stratégie de communication et de reconversion des mentalités » et que « la CNLCEI ne doit pas tergiverser mais agir ».

Crédit photos : GMT

GI/RA/FM/19