Le HCANEG demande l’ouverture d’une enquête

Libreville, 18 juin 2017 (GabonInitiatives) – La société civile par l’intermédiaire de Nicaise Moulombi, président du Haut Conseil des Acteurs Non Etatique du Gabon (HCANEG), a condamné vendredi soir (hier) avec la plus grande énergie les actes inciviques orchestrés par un groupe d’individu encagoulé ayant fait irruption au sein de certains médias, demande l’ouverture d’une enquête transparente et indépendante avec l’aide de la communauté internationale pour démasquer leurs auteurs : intégralité.

« Aussi, le Haut Conseil des Acteurs Non Etatiques du Gabon (HCANEG) constate pour le regretter la violation de la convention de Viennes par ce groupe cagoulé, invite instamment les autorités à démasquer ces inciviques  ayant fait irruption dans les médias et la représentation de l’union européenne au Gabon

Le HCANEG entend des autorités l’ouverture d’une enquête transparente et impartiale avec l’aide de la communauté internationale au regard de la gravité des faits

En conséquence, le HCANEG, en invitant les autorités gabonaises à prendre urgemment des dispositions nécessaires à la protection des biens et des personnes sur l’entendue du territoire national pour éviter tout amalgame.

Souhaite l’ouverture d’une enquête indépendante diligentée principalement au niveau de la maison médias ». 

Armés de revolvers et de machettes, un commando cagoulé a fait irruption dans les locaux de TV+ et d’Africa N°1, le 16 juin dernier à Libreville, pour tenter de diffuser une déclaration de Roland Désiré Aba’a, ancien candidat à la présidentielle 2016, demandant à Ali Bongo de quitter le pouvoir dans les prochaines 72 heures.

GI/FM/NN/17

 

PARTAGER
Fabrice Mikomba - Expert Gabon et Afrique Centrale
Fabrice Mikomba est journaliste expert Afrique et Afrique centrale depuis 1989. Après avoir travaillé pour RFI et de nombreux médias on et off line il est désormais spécialiste Gabon et Afrique Centrale pour Gabon Initiatives et Info Afrique et ce depuis 2012.