HAC : 800 millions de francs CFA bloqués au Trésor public ?

La crise qui affecte le fonctionnement de la Haute autorité de la communication (HAC) aurait pu, selon certaines sources, trouver solution depuis août 2020. Mais la somme de 800 millions de francs CFA débloquée à cette période par le Coordinateur des Affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin n’a jamais été utilisée.

Séraphin Lame

Faute de paiement de primes et d’arriérés de salaires, les agents de la Haute autorité de la communication (HAC) boudent à leur tour l’Etat. Depuis plusieurs jours, le personnel réclame 12 mois d’arriérés de primes et, dans le même temps, les 15 collaborateurs du secrétaire général cumulent deux ans d’arriérés de salaires.

D’après une source, la colère de ces agents aurait pu être minimisée il y a plusieurs mois. En août 2020, dans les mêmes circonstances de colère des syndicats affiliés à cette institution, la somme de 800 millions de francs CFA aurait été débloquée par le Coordinateur des Affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin, pour apaiser les tensions.

Après quatre mois de sommeil dans les comptes de l’institution, les fonds auraient été repositionnés au trésor public. L’évacuation médicale du président de l’institution, Raphaël Ntoutoume Nkoghe, frappé en septembre 2020 par un AVC serait la cause de ce retard dans le processus de paiement des agents.

En effet, dans une incapacité de mouvement, Raphaël Ntoutoume Nkoghe n’était pas apte, au moment de son accident ne pouvait effectuer des transactions administratives. Cette invalidité a créé des dysfonctionnements administratifs avec, pour corollaire, plusieurs mois d’impayés au sein de l’institution.

Face à une situation qui semble perdurer, les agents n’ont eu d’autre choix que de battre le pavé, faisant entendre leur ras-le-bol. L’administration publique gabonaise est depuis plusieurs années coutumières de retard de paiement de salaire. Le cas des agents de la HAC n’est qu’un parmi tant d’autres.