Les grands enseignements de l’Atelier de formation et de renforcement des capacités des OSC gabonaises sur la REDD+

Libreville, 17 mars 2019 (GabonInitiatives) – Au terme de l’Atelier de formation et de renforcement des capacités organisé du 15 au 16 mars dernier à l’intention des Organisations de la Société Civile (OSC) gabonaise par le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) en collaboration avec l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA), les participants ont formulé des recommandations en direction du gouvernement, des partenaires privés, de la société civile et aux partenaires aux développement que voici : Intégralité.

Nous, membres des organisations de la société civile Gabonaise réunis à Libreville, du 15 au 16 mars 2019, dans le cadre de l’atelier du renforcement de capacité des acteurs de la société civile sur la REDD+ organisé par le ROSCEVAC et le PACJA GABON et ses partenaires, en prélude au Forum national prévu le 30 mars 2019 d’une part, ainsi qu’à définir les éléments d’une feuille de route appropriée d’autre part.

Se référant au processus REDD+ qui reconnait la participation de tous, gage de la lutte contre les changements climatiques.
Conscients du rôle important que jouent les forêts,
Convaincus que le renforcement de capacités des acteurs de la société civile est un gage de succès pour la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre ;

Considérant les avancées significatives réalisées par le Gouvernement dans la lutte contre le Changement climatique à travers les différentes communications nationales sur les changements climatiques.

Recommandons :

1. Au Gouvernement :

• L’implication de la société civile dans la mise en œuvre de la stratégie REDD+ au Gabon ;
• L’accompagnement dans l’organisation de formation des formateurs en négociations internationale sur le climat ;
• Capitaliser l’existence des institutions de la COMIFAC et autres réseaux partenaires dans la mise en œuvre du mécanisme REDD+ ;
• Mise en place du mécanisme d’implication de la société civile à toutes les étapes des négociations sur la REDD+ ;
• Faciliter aux mécanismes d’accès de fonds existants (fond bleu, fond vert …)

2. Au secteur privé

– De respecter des cahiers de charges ;
– Faciliter l’accès aux différents sites d’exploitation forestière
– Développer une étroite collaboration entre la société civile et le secteur privée.
– D’appuyer au maximum les initiatives de la société civile dans le cadre des activités sur les changements climatiques (soutient à la participation aux rencontres);
– De veiller aux programmes de sensibilisation, éducation, l’information et la communication environnementale.

3. A la société civile

– De renforcer les capacités des acteurs de la société civile (formation des formateurs)
– De faire le suivi et évaluation des projets sur les changements climatiques
– De faire le plaidoyer et lobbying en vue de la prise en compte de leurs préoccupations en matière des changements climatiques.

– 3. Aux partenaires au développement

La Société civile estime que les exigences de mesure, rapport et vérification (MRV) qui sous-tendent le processus de réduction des émissions de Gaz à effet de serre, appellent d’une part la mise en place de nouvelles institutions robustes et d’autre part le transfert des technologies appropriées accompagnées du renforcement des capacités de tous les acteurs en matière de lutte contre les changements climatiques ;

La société civile réaffirme l’importance de mettre en place dans notre pays, des institutions solides et fonctionnelles pour la mise en œuvre des résolutions de l’accord de PARIS (COP21) et générer des crédits de carbone qui répondent aux standards internationaux.

– Concernant certains pays pollueurs :

– La société civile encourage la COMIFAC et ses états membres suite à la déclaration des USA de se retirer de l’accord de Paris, qui est un acte de dés encouragement et qui peut amener les autres états industrialisés à faire de même et ceux qui n’ont pas encore ratifié de le faire.
– Les USA étant un pays industrialisé, La société civile recommande au Gouvernement Américain de revoir sa position sur son retrait relatif à la déclaration de Paris lors de la COP21.

Fait à Libreville, le 16 Mars 2019

Les participants

GI/19