Le gouvernement minimise la mobilisation réservée à Ping

Libreville, 27 juillet (GabonInitiatives) – Dans un communiqué parvenu ce mercredi à notre rédaction, le ministère de l’Intérieur a estimé à environ 300 personnes la mobilisation des partisans de Jean Ping qui se sont rendus à l’aéroport pour accueillir leur leader.Selon le ministère de l’Intérieur, les « partisans de la Coalition pour la Nouvelle République se sont rendus à l’aéroport international Léon Mba de Libreville à l’occasion de l’arrivée de M. Jean Ping ».Informé par le biais des réseaux sociaux de ce que les partisans de Monsieur Ping convergeraient vers l’aéroport Léon Mba, et dans le souci de prévenir tout débordement et tout risque d’entrave à la libre circulation des personnes et des biens, le ministère de l’Intérieur a pris un certain nombre de dispositions notamment le « déploiement des éléments des Forces de Police nationale », la « fermeture des débits de boissons aux alentours de l’aéroport et l’interdiction de stationnement des véhicules » et l’ « interdiction des attroupements au hall de l’aéroport et dans les environs immédiats ».

Bien avant l’arrivée de Monsieur Jean Ping, quelques leaders de la Coalition pour la Nouvelle République ont été autorisés à accéder au Salon VIP de l’aéroport.

L’accès au périmètre de la zone aéroportuaire ayant été interdit, la détermination des  partisans de Jean Ping à braver cet interdit sous l’incitation d’un des leaders de la Coalition, a amené les forces de l’ordre à faire usage des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Accueilli par les leaders de son regroupement politique, et sous escorte de ses partisans estimés à environ 300 personnes, Monsieur Ping s’est rendu à son quartier général sis aux Charbonnages.

le communiqué conclu qu’« en dépit des velléités de violence manifestées par les partisans de Jean Ping, les forces de l’ordre ont géré cet événement avec professionnalisme et contrairement aux allégations distillées çà et là, aucune perte en vie humaine n’a été déplorée encore moins des blessés. Seules deux personnes ont été brièvement interpellées puis libérées après identification ».

Pour le camp à Ping, ils étaient plus d’un millier à s’être mobilisés confirmant ainsi l’annonce véhiculé sur les antennes de Radio France Internationale (RFI).

Si les partisans de Jean Ping et les forces de sécurité sont unanimes sur le fait qu’aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, ils le sont moins sur le nombre des blessés. Pour le gouvernement via le ministère de l’intérieur il n’y a pas eu de blessé signalé, allégations rejetées par les partisans du changement qui indiquent le contraire sans toutefois préciser le nombre.GI/MI/17