Le gouvernement condamne l’acte des activistes à l’Ambassade du Gabon en France

Libreville, 2 juin 2018 (GabonInitiatives) – Le ministre d’Etat aux Affaires Etrangères, Régis Immongault a condamné ce samedi, à travers un communiqué parvenu  à notre rédaction  l’assiègement et troubles orchestrés par les activistes (les Résistants) dans les locaux de la chancellerie du Gabon en France.

Les actes tout en déplorant l’indifférence des autorités françaises malgré plusieurs plaintes déposées auprès des tribunaux français qui demeurent jusqu’à ce jour sans suite.

Saisi de la situation, le ministre d’Etat aux Affaires Etrangères, Régis Immongault a tout de suite condamné ces actes tout en déplorant l’indifférence des autorités françaises malgré plusieurs plaintes déposées auprès des tribunaux français qui demeurent jusqu’à ce jour sans suite.

« Le gouvernement de la République condamne avec la plus grande fermeté ces actes ignominieux et délictueux dont l’objectif est de produire des images destinées à être diffusées sur les réseaux sociaux », dénonce le ministre promettant de donner une suite judiciaire à ces incidents afin que de tels évènements ne se reproduisent.

Rappelons toutefois que hier (vendredi,1er juin 2018) entre 15h03 à 15h18 que le hall d’entrée des locaux de la Chancellerie du Gabon en France a fait l’objet d’un assiègement par une douzaine de personnes se réclamant de la Résistance proche de l’opposant Jean Ping dont dix compatriotes et deux françaises.

A l’intérieur de la Chancellerie, les Résistants qui continuent de réclamer la victoire de leur champion, ont décroché le portrait du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba pour accrocher celui de Jean Ping qu’ils considèrent comme étant le président de la République élu par les gabonais à la présidentielle de 2016, piétinant la photo du président à la tête du pays, scandant des chants en l’honneur de Jean Ping et en multipliant invectives et insultes contre l’Ambassadeur et le gouvernement gabonais…

Pour ne plus revivre ce genre de situation, l’Ambassadeur Haut Représentant du Gabon en France, a décidé d’instituer dorénavant un contrôle d’identité des usagers à l’entrée du portail de la Chancellerie ainsi que l’obligation pour ces derniers de laisser à l’accueil sacs, téléphones portables et autres objet encombrant.

GI/FM/NN/18