Gouvernance climatique : Renforcement du partenariat ROSCEVAC – parlementaires

Mardi, 28 mai 2019 (GabonInitiatives) – En marge de la Semaine mondiale de l’environnement, le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) et la commission de l’environnement de la protection et de développement durable à l’Assemblée Nationale, ont affirmé leur volonté commune de voir s’accélérer la mise en place du cadre institutionnel et règlementaire intégrant de manière cohérente l’ensemble des différentes préoccupations traitant entre autre de la lutte contre les changements climatiques, les énergies renouvelables, développement durable, la bonne gouvernance et le développement durable.

Le président Nicaise Moulombi du ROSCEVAC

« Afin d’accompagner l’opérationnalisation du plan national climat de notre pays ainsi que les engagements contenus dans l’accord de Paris, les OSCs que nous représentons sommes disposés à continuer la facilitation des processus multi-acteurs. Aussi, voudrais-je affirmer ici et maintenant affirmer notre volonté de voir s’accélérer la mise en place du cadre institutionnel et règlementaire intégrant de manière cohérente l’ensemble des différentes préoccupations traitant entre autre de la lutte contre les changements climatiques, les énergies renouvelables, de développement durable, de biocarburants, de transparence, de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption et de déforestation … », a indiqué le président Moulombi à l’occasion de l’atelier « d’échanges et de renforcement des capacités des parlementaires et autres représentants institutionnels sur la gouvernance climatique et le développement durable au Gabon », en lien avec la REDD+ précédant la célébration mondiale de la « Semaine de l’environnement ».

Dr Augustine Njamnshi du PACJA ( à gauche) en discussion avec l’ex Premier Ministre, Emmanuel Issozé Ngondet (à droite)

L’atelier ayant pour objectif de mettre l’accent sur le rôle joué par le Parlement dans le renforcement de la riposte internationale aux changements climatiques, s’inscrivait dans la continuité des activités phares de la plateforme d’OSCs gabonaises affiliées au partenariat ROSCEVAC/PACJA Gabon dans les domaines de l’environnement, le climat, les énergies renouvelables et le développement durable.

Justifiant les raisons, Nicaise Moulombi a fait remarquer aux honorables députés que plusieurs initiatives, processus et instruments initiés au niveau international, ont été faiblement internalisés au niveau national et méritent de ce fait des échanges soutenus avec les parlementaires afin de permettre la création d’un cadre intégré de mise en œuvre de politiques de filières vertes vertueuses et porteuses de croissance.

Photo de famille avec l’ex Premier Ministre, Emmanuel Issozé Ngondet

D’abord au plan national, il s’agit entre autre des « des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies pour la période 2015-2030 », de l’ « accord de Paris conclu en 2015 lors de la 21e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) », du « One Planet Summit (2017) », de la « convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB) », en passant par la « convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) », l’ « initiative sur la déforestation, la dégradation des forêts pour lutter contre le changement climatique et la diminution de la biodiversité, l’élimination de la déforestation des chaînes des produits agricoles de base avec les pays européens », …. Tandis qu’au plan national cela concerne le « Plan Stratégique du Gabon Emergent et Plan opérationnel Gabon Vert », le « Plan National Climat », la « Stratégie Nationale de Développement Durable », le « Plan de Relance de l’Economie », le « Progrès et expériences issus des bonnes pratiques au Gabon » et le « Programme National d’Evaluation Environnementale des Sites Industriels et des Services Environnementaux ».

Ces initiatives, processus et instruments précédemment énumérés s’inscrivent dans la perspective de soutenir la transition vers une économie verte et la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes d’une part et de contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales par la diversification des piliers de croissance et la création de richesses et d’emplois durables.

« Cet atelier a retenu toute notre attention et au regard des communications développées par des experts, nous pouvons dire sans risque de se tromper que c’est un jalon posé dans le cadre du partenariat que nous tissons avec la société civile », a déclaré l’ancien Premier Ministre, Paul Biyoghé Mba en sa qualité de président de la commission de l’environnement, de la protection et de développement durable à l’Assemblée Nationale soulignant que « l’union fait la force, et c’est ce que nous allons faire pour le bien être de nos populations ».

Le président Moulombi, a remercié les parlementaires pour la tenue effective du présent atelier et dont la finalité permet de nouer les liens avec les représentants du peuple en vue d’en faire des alliés précieux et efficaces dans l’opérationnalisation des cadres stratégiques et opérationnels de la gouvernance climatique.

GI/MKKE/YKM/FM/19