Forces de police nationale  : 10 agents révoqués…

Pour diverses raisons allant de l’escroquerie en bande organisée au vol en réunion en passant par un homicide involontaire, 10 agents des Forces de police nationale gabonaises ont été radiés.

Doud De Mouss

Le 19 janvier au Gabon, 10 agents des Forces de police nationale gabonaises ont été radiés des effectifs. De l’Inspection générale des forces de police nationale (IGFPN) à l’Etat-Major des polices d’instigations judiciaires (EMPIJ) en passant par l’Etat-Major des polices d’investigations (EMPI), la Direction générale des opérations policières (DGOP) et la Préfecture de police de Libreville (PPL), au moins une personne est passée à la trappe. A l’EMPI, un policier a été radié pour escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux, usurpation de titre et trois pour manquement aux règles d’exécution du service et de la perte de deux armes. Deux à l’EMPIJ dont un pour menace de mort, faux et usage de faux, violence et voies de fait, détention illégale de cannabis et un1 pour perception indue de soldes et d’association de malfaiteurs.

Deux à l’IGFPN dont un pour homicide, condamné à une peine de prison ferme de 9 ans et un autre pour vol en réunion. A la DGOP un agent a été pris pour vol aggravé d’un groupe électrogène sur le site du musée national alors en réhabilitation et un dernier à la PPL pour homicide involontaire, vol et destruction d’un véhicule de service. Selon le quotidien L’Union, certains des indélicats sont en prison et condamnés avec à la clé des peines allant jusqu’à 11 ans d’emprisonnement ferme. Si d’aucuns s’interrogent à juste titre sur les enquêtes de moralité menées avant d’intégrer les agents au sein des FPN, le commandement en chef des FPN dit combattre «les postures cavalières» pour restaurer la confiance et surtout, la discipline.