Un expert du PACJA partage son expertise du développement durable aux conseillers membres du CESE

Libreville, 23 février 2019 (GabonInitiatives) – Invité par le Conseil Economique Social et Environnement du Gabon, pour édifier les conseillers membres de cette institution au sujet des « négociations sur les changements climatiques en Afrique » en rapport direct avec le thème central de la première session de l’année du CESE portant sur le « financement de l’environnement et le développement durable », l’expert de l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA), Augustine B Njamnshi, a partagé son expertise à la plus vieille institution du pays qui a inclus l’aspect environnemental depuis 2018 dans ses attributions.

C’est dans l’amphithéâtre du CESE que l’expert et consultant international, Augustine B Njamnshi par ailleurs vice – président du comité BAD – société civile a partagé sa connaissance approfondie sur des questions collatérales au thème central.

Le spécialiste de la justice climatique du PACJA et de la BAD, a présenté respectivement les différentes organisations de négociations sur les questions environnementales que l’Afrique a déjà mises sur pieds depuis 1985 à travers la Conférence Ministérielle Africaine pour l’Environnement (AMCEN), créée au Caire en Egypte en passant par le Groupe Africain de Négociation (AGN), le PACJA créée en 2008 en Afrique du Sud et la Conférence des Chefs d’Etat pour le Changement Climatique (CAHOCC), créée en 2009.

En termes de négociations, l’orateur s’est voulu pragmatique. Il a édifié les conseillers membres sur les étapes clés (technique, juridique, social et financière).

Selon le constat établi par Dr Njamnshi, seuls les pays du nord ont compris la notion d’agir en équipe partant toutes les composantes essentielles du processus des négociations différemment des pays du sud souvent en éparpillés et agissant en effectifs réduits, ce qui d’après lui, explique l’une des raisons de subir les décisions des pays du nord. D’où le déséquilibre entre pollueur et pollué.

Toutes ces illustrations ont permis à notre interlocuteur de montrer à l’assemblée combien de fois la société civile africaine lutte pour la préservation de l’environnement.

Au demeurant, Dr Njamnshi a appelé la société civile africaine à se mobiliser et à proposer des modèles adaptés à la réalité, afin de créer un financement conditionnel.

Au terme de sa magistrale présentation, l’expert du PACJA par ailleurs consultant international, a invité l’ensemble des conseillers membres à un exercice de questions – réponses. Il a également en sa qualité de Président du Conseil d’Administration (PCA) du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), invité les conseillers membres à s’approprier les différents projets pour mieux orienter les gouvernants à comprendre les enjeux et à prendre les bonnes décisions.

GI/MZM/MKKM/FM/19