Endettement : une stratégie à moyen terme au Gabon

A moyen terme, le Gabon envisage de ramener son taux d’endettement au niveau de 50% de son PIB, contre 70% actuellement.

Face à une contraction du PIB de +576 milliards de francs CFA entre 2019 et 2020, l’Etat n’a eu d’autres choix que de souscrire à l’endettement pour répondre à ses engagements domestiques. L’option à l’endettement, seule alternative face aux urgences politiques, économiques et sociales du pays a malheureusement entraîné une augmentation de la dette qui est passée de 59% du PIB fin 2019 à plus de 70%.

Au Gabon, ce plafonnement fait débat et inquiète plusieurs personnes. En premier lieu desquels, le président de la République, Ali Bongo Ondimba qui veut durant l’année en cours, ramener le taux d’endettement du Gabon en dessous de la barre de 70%. Pour Ali Bongo Ondimba, il en va d’un devoir de responsabilité vis-à-vis des générations futures.  

En effet, de 5347 milliards de francs CFA avant 2020, l’encours de la dette publique a dépassé les 6400 milliards de francs CFA. Comme Ali Bongo Ondimba, l’économiste et analyste Mays Mouissi s’inquiète lui aussi de cette augmentation. L’année 2020 a été décisive dans la politique d’endettement du Gabon. En 12 mois, plus de 20% du total de la dette publique gabonaise a été contractée. « En seulement 12 mois, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, le Gouvernement de Madame Rose Christiane Ossouka Raponda a endetté notre pays de 1081 milliards FCFA supplémentaires nets », laisse entrevoir Mays Mouissi.

Si de nombreux facteurs parmi lesquels, la crise du coronavirus, permettent d’expliquer cette augmentation, les autorités semblent vouloir inverser cette tendance à la hausse de la dette publique. Ainsi, à moyen terme, une stratégie de gestion rationnelle de la dette est envisagée. Celle-ci vise à ramener à 50%, le taux d’endettement du Gabon. Dans ce sens, des actions seront menées sur plusieurs volets.

« Pour revenir en deçà du seuil de 70%, il faut agir sur les deux composantes, c’est-à-dire sur le niveau d’endettement, en plafonnant déjà les emprunts que nous allons avoir sur les trois prochaines années. Car la stratégie tient sur trois ans. Ce sont des emprunts qui doivent être concessionnaires, à des taux préférentiels sur une maturité de quinze ans », explique le ministre de l’Economie et de la Relance, Nicole Janine Lydie Roboty.

Avatar
Journaliste du média Gabon Initiatives