Elève et trafiquant d’ivoire

Mouila, 8 mai 2018 (GabonInitiatives) – L’arrestation dimanche dernier, à Mouila (chef lieu de la province de la ngounié au sud-Gabon), a permis de mettre la main sur un trafiquant … de 20 ans. Alors que l’adolescent est encore élève, il rythme malheureusement sa jeune vie avec le trafic de pièces et de trophées d’espèces protégées telles que l’éléphant et la panthère.

Manfou-Ma-Ibouangue Meguy, de nationalité gabonaise est né le 20 avril 1998 à Moabi. C’est dans cette petite localité qu’il est élève en classe de 4ème au lycée Édouard Mossot, et c’est, sans doute, à la surprise de ses camarades, de ses enseignants et de ses parents qu’il a été interpellé par les agents du B2 appuyés par l’ONG Conservation Justice, en possession de 2 pointes d’ivoire, 4 dents de panthère et plusieurs poils d’éléphant.

Selon des sources proches du dossier, c’est aux environs de 6 heures  moins que Manfou-Ma-Ibouangue Meguy alias Moïse est parti de Moabi avec son butin dans le but de l’ecouler à Mouila, la capitale Provinciale de la Ngounié.

Une fois arrivé à Mouila, ce dernier attire l’attention des agents du B2, des Eaux et Forêts et de l’ONG Conservation Justice, qui l’interpellent alors qu’il entre dans la ville comme l’élève qu’il est, le butin d’ailleurs simulé dans son sac à dos. Il faut, dès lors, attendre que le jeune Meguy Manfou décide d’installer sa marchandise dans une pièce minutieusement préparée et choisie de commun accord avec son client. C’est dans cette position qu’il est pris. Sur lui, 2 pointes d’ivoire, 4 dents de panthère et plusieurs poils d’éléphant.

Conduit au poste de police et auditionné à chaud, il avoue rapidement être propriétaire des produits trouvés en sa possession et, confirme  avoir chassé le pachyderme puis prélevé les ivoires. Quant aux 4 dents de panthère et les poils d’éléphant, il  déclare les avoir obtenus de ses complices.

Manfou-Ma-Ibouangue Meguy sera entendu sur procès verbal puis présenté dans les prochains jours  devant le Procureur de la république pour répondre des faits de transport, détention et commercialisation des trophées d’espèces intégralement protégées. Ils risquent jusqu’à 6 mois de prison pour avoir violé les dispositions code forestier. 

GI/CJ/18

Fabrice Mikomba est journaliste expert Afrique et Afrique centrale depuis 1989. Après avoir travaillé pour RFI et de nombreux médias on et off line il est désormais spécialiste Gabon et Afrique Centrale pour Gabon Initiatives et Info Afrique et ce depuis 2012.