Disparition mystérieuse d’un militaire à Doussala : son treillis a été retrouvé

Ndendé, 7 novembre 2018 (GabonInitiatives) – Près de deux semaines après sa disparition au regroupement de Doussala dans le département de la Dola (province de la Ngounié au sud- Gabon) situé à quelques 42km de Ndendé, le chef-lieu, le treillis du militaire aurait été retrouvé le dimanche 4 novembre dernier dans un champ sans le soldat resté introuvable et jusqu’alors au ” ibungu” espèce de cachette mystique en langue ipunu, rapporte une source digne de foi.

« Dans la perspective de l’arrivée d’un charlatan du Congo voisin sollicité en renfort en vue de percer le mystère de cette disparition, mon père, chef de village dans le regroupement de Doussala est allé sur demande dans son champ sous escorte militaire pour couper du bois. Pendant qu’il s’attelait dans son champ, il aurait aperçu le treillis militaire avec une rangers (chaussure militaire) et interpellé aussitôt les soldats avec lui », a rapporté à notre rédaction l’un des fils dudit chef qui croit à un complot sordide visant à endosser l’affaire à son père connu dans tout Doussala pour sa simplicité et son accueil chaleureux.

Depuis près de deux semaines, un militaire de Mouila en mission à Doussala dans le cadre de la sécurisation de la frontière entre le Gabon et le Congo est porté disparu. Cette disparition qualifiée de mystérieuse est la seconde enregistrée à Doussala en moins d’un an.

Le premier porté disparu avait réapparu après six jours de captivité au « ibungu » grâce à l’intervention d’un charlatan venu du Congo voisin.

Selon plusieurs sources concordantes qui soutiennent la thèse d’un acte mystique, le soldat aux dires des charlatans serait encore vivant mais retenu au « ibungu », espèce de cachette mystique.

A ce qui se dit du côté de Doussala, une jeune fille décédée il y a trois mois et dont l’esprit hanterait le regroupement de village serait à la recherche d’un mari qui selon sa préférence serait étranger au village.

La récente disparition du militaire à Doussala intervient près de quatre mois après la mort dans des conditions similaires d’un agent municipal de la mairie de Ndendé dont le corps avait été retrouvé calciné après plusieurs semaines de recherche.

Affaire à suivre…

Crédit photo : DR

GI/FM/NN/18