Covid-19 : le rapport d’enquête parlementaire remis au président de la République

En clôturant la 2e session ordinaire de l’Assemblée nationale, le président de l’Institution a annoncé que le rapport de l’enquête parlementaire sur le Covid-19 a été remis au chef de l’Etat. Alors qu’il n’a pas été publié au préalable, d’aucuns s’interrogent sur les conclusions de cette enquête.

Doud De Mouss

En matière de contrôle, a déclaré le président de l’Assemblée nationale lors de la clôture de la 2e session ordinaire de l’Assemblée nationale, ladite session a été marquée pour l’essentiel par la mission d’enquête dédiée au contrôle et à l’évaluation de la Covid-19. «Le rapport de cette enquête a été transmis à monsieur le président de la République et au chef du gouvernement», a informé Faustin Boukoubi sans donner les conclusions de cette enquête. Lesquelles conclusions sont, pour ainsi dire, attendues par l’opinion qui se demande toujours où est passée la Commission d’enquête parlementaire, présidée par le député du 2e siège de la Basse-Banio, Angélique Ngoma.

Laquelle Commission avait été mise sur pied à la demande du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, pour le contrôle et l’évaluation de la gestion du Covid-19 dans un contexte de suspicion quant aux dons en nature et aux fonds alloués au gouvernement pour faire face à la crise sanitaire dans le pays. L’objectif, a-t-on cru savoir, était de permettre à l’opinion d’avoir une idée exacte de la destination des différents dons et fonds mis à disposition surtout, après les manquements observés lors de la distribution des kits alimentaires ou encore le fait de rendre payable le test covid-19.

En mi-décembre, indique-t-on, le rapport était sur la table du bureau de l’Assemblée nationale qui pouvait si elle souhaitait, conformément à l’article 145 du règlement de l’institution, le publié, mais rien n’a été fait. Le rapport a plutôt été remis au chef de l’Etat et au chef de son gouvernement. Une bonne partie de l’opinion toujours aussi certaine que des détournements ont eu cours durant cette crise, dit attendre «sans conviction», que les résultats de cette enquête soit tout de même rendue publique.