Contrôle des médias : la Hac reprend du service

En stand-by depuis les soucis de santé de son président, Raphaël Nkoghe, la Haute autorité de la communication (Hac) reprend du service. Autorité de régulation des médias au Gabon, elle est plutôt perçue comme un censeur tant, la plupart de ses décisions n’ont été que des sanctions. Le président intérimaire désigné depuis environ deux semaines, présidera sa première plénière ce 13 janvier.

Doud De Mouss

La Haute autorité de la communication (Hac), reprend du service, a informé le journal Gabonreview. L’autorité de régulation des médias au Gabon avait cessé ou presque, ses activités avec les soucis de santé de son président Raphaël Nkoghe. Si au sein de cette institution on assure que les activités n’ont jamais été arrêtées, il reste que depuis lors, on n’avait plus entendu parler de la Hac. Aucune plénière ni décision prise par cette institution qui a fait parlé d’elle à cause des sanctions infligées dans la plupart des cas, aux médias en ligne et ceux réputés proche de l’opposition.

Selon Gabonreview, en convalescence quelque part sur le globe, Raphaël Nkoghe a, il y a deux semaines environ, désigné son intérimaire tel que lui autorisent les textes. Il s’agit du conseiller-membre Jean Louis Mabendi. Celui-ci, avait comme Raphaël Ntoutoume Nkoghe, été nommé parmi les conseillers-membres de la Hac, lors du Conseil des ministres du 31 mai 2018. Il devrait présidé sa première plénière ce 13 janvier 2021 à 11h et ce sur, sur le même format que le président absent sur la base des dispositions des articles 15 et 25 de l’ordonnance portant création de la Hac.

Si on se demande il sera question à l’occasion de cette grande reprise, l’on se demande tout aussi si la Hac jouera, comme lors des législatives, sa partition pour les sénatoriales comme ce fut le cas lors des législatives. L’ouverture de la campagne est prévue pour ce 27 janvier et selon la loi, explique une source au sein de l’institution, la Hac fait partie du processus électoral quelque soit la nature de l’élection.

Rendu réel par le Conseil des ministres du 23 février 2018, la Hac est chargée de veiller à l’accès des citoyens à une communication libre, au traitement équitable par les médias publics de tous les partis politiques et associations politiques reconnus, ainsi que de la société civile. Elle jouit d’une autonomie de gestion financière. Elle a également pour mission de veiller en toute indépendance et impartialité, au respect de l’expression de la démocratie et la liberté de la presse sur toute l’étendue du territoire.