Conférence publique sur le thème « L’accès à la justice : un droit fondamental », ce 10 août à Libreville

Libreville, 9 aoout 2019 (GabonInitiatives) – Dans le cadre de leurs activités respectives, le Mouvement Citoyen pour la Bonne Gouvernance au Gabon (MCB2G) et la Coordination Nationale du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP Gabon) en partenariat avec la plate forme panafricaine AFRICTIVISTES, organisent, ce samedi, 10 aout 2019, dans la capitale Gabonaise, une conférence publique sur le thème : « l’accès à la justice : un droit fondamental ».

Photo de famille

Le mois d’aout est déclaré comme le mois africain des droits de l’homme. Cette conférence s’inscrit dans le cadre de cette célébration qui met, cette année, l’accent sur le rôle de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP). L’activité entre dans le cadre de la mise en œuvre d’un programme intitulé ‘’ Local Initiative for Justice’’ qui vise à mettre en place un cadre de dialogue, d’échange, de discussion et de débat autour des problématiques de droits de l’homme et des peuples. Ce programme, piloté par la plate forme AFRICITVISTES, se compose en 5 grandes sessions qui se tiendront successivement au Congo, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Cameroun et au Gabon.

En effet, la CADHP a été créé le 2 novembre 1987 à Addis-Abeba, en Éthiopie. Sa mission principale est de protéger et défendre les droits de l’homme « malgré l’entrée en vigueur du Protocole créant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples en 2004, la Commission africaine continue à être le principal organe du système africain des droits de l’homme », en dépit du fait que depuis sa création, l’institution reste peu connue du grand public africain et fasse aussi l’« objet de plusieurs critiques du fait de l’influence du politique qui a souvent remis en question le travail de cet organe jugé peu indépendant. Aussi, les conditions de saisine très restrictives devant la Cour africaine ne permettent pas aux victimes de faire valoir leurs droits devant cet organe. Conscient de cet état de fait et des enjeux sociaux politiques et juridiques, la CADHP, a, au cours de son existence, assoupli ses procédures, améliorant ainsi, sa saisine et sa capacité d’action ».

À travers le programme ‘’ Local Initiative for Justice “ visant à mieux faire « connaitre le travail de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) », cette conférence permettra d’ « informer les participants sur les mécanismes d’accès à la justice en cas de violation des droits de l’homme, au niveau local et continental », d’ « outiller les participants sur le rôle, les missions et les mécanismes de saisine de la CADHP », de « mettre en évidence quelques cas pratiques du travail de la CADHP en matière de défense des droits de l’homme ». En cela, les AFRICTIVISTES veulent aider les populations à comprendre davantage les missions, rôles et le travail de la Commission. Ces activités impliquent plus de 150 personnes à travers les 5 pays retenus, avec la participation d’éminents experts juristes et militants des droits de l’homme telles que l’avocate, Me Paulette Oyane Ondo (lauréate du prix des Droits de l’homme en Afrique centrale, Présidente du Centre pour la Promotion de la Démocratie et la Défense des Droits de l’Homme au Gabon), pour le cas spécifique du Gabon.

La Conférence se tient ce samedi, 10 août 2019, au Centre Culturel de Glass, dénommé « American Corner » de 10h à 12h.

Crédit photo : DR

GI/19