Communiqué final du COPAX

Libreville, 5 mars (GabonInitiatives) – Diffusion l’intégralité du communiqué final du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Afrique Centrale (COPAX) tenu dans la capitale gabonaise du 3 au 4 mars 2018.

Conseil de Paix et de Sécurité de l’Afrique Centrale (COPAX)

Vème Session ordinaire du Conseil des Ministres du COPAX

COMMUNIQUE  FINAL

  1. La 5ème Session ordinaire du Conseil des Ministres du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Afrique Centrale (COPAX), s’est tenue les 03 et 04 mars 2018 à Libreville, République Gabonaise, sur convocation de Son Excellence Monsieur Noël Nelson MESSONE, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, Chargé des Gabonais de l’Etranger, Président en Exercice du Conseil des Ministres du COPAX.
  1. Les Etats membres et les organisations ci-après ont pris part aux travaux : République d’Angola, République du Burundi, République du Cameroun, République Centrafricaine, République du Congo, République Démocratique du Congo, République Gabonaise, République de Guinée Équatoriale, République du Rwanda, République Démocratique de São Tomé & Principe et République du Tchad ; le Secrétariat général de la CEEAC, le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA), la Commission de l’Union africaine et le Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense (CHESD) de Kinshasa.
  1. Le Conseil des Ministres a suivi avec attention la présentation du Rapport de la 19ème Commission de Défense et de Sécurité (CDS) faite par son Président, le Général d’Armée Auguste Roger BIBAYE ITANDAS, Chef d’Etat-major Général des Forces Armées Gabonaises et en a pris acte.
  1. Réagissant de manière globale au rapport de la CDS, le Conseil des Ministres a abordé la situation politique et sécuritaire en Afrique Centrale. En dépit d’une évolution positive sur certains aspects, cette situation présente des points préoccupants ayant un impact négatif sur la stabilité et le développement socio-économique de la sous-région. Il a insisté sur l’urgence et l’impérieuse nécessité de réformer le COPAX, avec pour but entre autres, de se réapproprier leur propre sécurité et améliorer l’efficacité de la gouvernance.
  1. En conséquence, le Conseil a décidé de la convocation d’une session extraordinaire du Conseil des Ministres du COPAX précédée d’une CDS en vue du lancement d’une réforme institutionnelle, structurelle et fonctionnelle du COPAX avec la participation de tous les Etats membres.
  1. De même, le Conseil des Ministres a exhorté les Etats membres de la CEEAC à traduire en actes la solidarité régionale notamment en mettant en œuvre le Pacte d’Assistance Mutuelle et la mise en place d’une politique de défense commune.
  1. Concernant la situation en RCA et en RDC, le Conseil des Ministres a réaffirmé l’engagement des Etats membres à contribuer davantage aux efforts de pacification et de stabilisation de ces pays, y compris en ce qui concerne la présence de leurs contingents dans les différentes composantes de la MINUSCA et de la MONUSCO.
  1. Evoquant les questions électorales, le Conseil des Ministres a exprimé son soutien aux Etats membres engagés à différents niveaux dans des processus électoraux au cours de l’année 2018, réfute toute ingérence extérieure dans cette question qui relève de la souveraineté des Etats,et a demandé au Secrétariat Général de la CEEAC, en collaboration avec l’Union africaine, de renforcer l’appui aux Etats membres concernés.
  1. Abordant la question du terrorisme et des activités déstabilisatrices en Afrique Centrale, le Conseil des Ministres a adopté la Stratégie de prévention et de lutte contre le terrorisme en Afrique Centrale et a :
  • condamné les actes des groupes terroristes, des groupes armés et des autres forces négatives dans la sous-région. A cet effet, il a demandé au Secrétariat Général de proposer un mécanisme régional permettant d’identifier et de classifier les groupes terroristes opérant en Afrique Centrale;
  • condamné avec fermeté le mercenariat et la criminalité transnationale organisée et a, par conséquent, décidé d’activer la coopération sécuritaire et judiciaire dans la Sous-région, notamment en matière policière et de renseignement ;
  • encouragé les Etats membres qui ne l’ont pas encore fait à adhérer à tous les instruments juridiques internationaux pertinents en matière de lutte contre le mercenariat, notamment la Convention de l’OUA de 1977 et la Convention des Nations Unies de 1989 (entrée en vigueur en 2001) ;
  • instruit le Secrétariat Général de proposer aux Etats membres pour adoption une stratégie sous-régionale de lutte contre le mercenariat et la criminalité transnationale organisée en Afrique Centrale, basée sur les instruments juridiques internationaux pertinents en la matière ;
  1. Le Conseil des Ministres a exhorté les Etats membres à appliquer pleinement les Décisions issues de la Session Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat du COPAX consacrée à la lutte contre le groupe terroriste Boko-Haram, tenue à Yaoundé le 16 février 2015.
  1. Le Conseil des Ministres a également adressé ses vives félicitations aux Républiques du Tchad et du Cameroun, pour leur engagement dans la lutte contre les groupes terroristes opérant dans la zone sahélo-saharienne et en Afrique Centrale. Il a invité les Etats membres à apporter leur aide en matière de sécurité aux Etats qui le souhaitent.
  1. Le Conseil des Ministres a condamné avec la plus grande fermeté les velléités sécessionnistes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest de la République du Cameroun et a apporté son soutien sans réserve aux Autorités Camerounaises.
  1. S’agissant de la transhumance, le Conseil des Ministres a décidé de l’organisation d’une conférence régionale pour l’adoption d’une règlementation communautaire sur le pastoralisme en Afrique Centrale.
  1. Au sujet des Armes légères et de petit calibre, le Conseil des Ministres a pris note de l’entrée en vigueur depuis mars 2017 de la Convention de Kinshasa, adoptée le 30 avril 2010. Il a félicité des Etats membres qui ont déjà ratifié la Convention de Kinshasaet invite les autres à le faire.
  1. Sur la sûreté et la sécurité maritimes, le Conseil des Ministres a demandé au Président du Conseil des Ministres de la CEEAC de convoquer une réunion des Ministres en charge des Affaires Maritimes et des finances, accompagnés des Conseils des chargeurs, des Organes de gestion des Ports, de la Commission du Golfe de Guinée(CGG), de l’Organisation Maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (OMAOC) et des partenaires stratégiques, en vue du financement de l’Architecture de sûreté et de sécurité maritimes.
  1. Le Conseil des Ministres a instruit le Secrétariat Général d’élaborer et de lui soumettre, dans les meilleurs délais, une règlementation communautaire obligeant tous les navires entrant dans l’espace maritime de la CEEAC à se doter et à maintenir activé le Système d’Identification Automatique (AIS).
  1. Le Conseil des Ministres a instruit le Secrétariat Général de mettre en place un groupe d’Experts de tous les Etats membres afin de mener une étude de faisabilité sur le soutien que l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS) et le potentiel d’observation spatiale du dispositif satellitaire de la République d’Angola peuvent apporter à la Communauté en matière d’obtention des données de surveillance des ressources naturelles de l’Afrique Centrale.
  1. S’agissant de l’Exercice communautaire, le Conseil des Ministres a décidé du report de cet Exercice et a instruit les Chefs d’Etat-major Généraux à organiser une réunion sur sa reprogrammation et la définition des moyens y afférents.
  1. Dans ce sens le Conseil des Ministres a instruit le Président du Comité Ministériel de Pilotage (COPIL) sur la réforme institutionnelle de mettre en place trois comptes spéciaux pour le financement des activités du COPAX, la réforme du COPAX et l’Exercice communautaire de la FOMAC. Les modalités de gestion de ces fonds ont été définies par le Conseil des Ministres du COPAX.
  1. Le Conseil des Ministres a chargé le Président du Comité Ministériel de Pilotage (COPIL) sur la réforme institutionnelle de la CEEAC de veiller au réexamen de l’appel d’offres relatif au recrutement d’un cabinet chargé de mener cette étude technique,en mettant à contribution les ressources et l’expertise compétente en la matière disponibles dans la sous-région.
  1. Informé de la problématique sécuritaire dans le parc de Minkébé, le Conseil des Ministres a entériné la mesure prise par les trois pays (Gabon, Congo et Cameroun) de mettre en place une équipe d’Experts multidimensionnelle impliquant le Secrétariat Général de la CEEAC pour analyser en profondeur cette problématique et arrêter un plan d’actions commun. Il reste saisi de la question.
  1. Le Conseil des Ministres a manifesté sa satisfaction suite au retour du Rwanda au sein de la CEEAC et a accueilli favorablement sa demande d’intégrer l’Etat-major Régional de la FOMAC, et a instruit le Secrétariat Général à prendre toutes les dispositions nécessaires devant permettre à cet Etat membre d’être représenté au sein de cet organe de la Communauté.
  1. Le Conseil des Ministres a pris acte de la candidature de la République d’Angola qu’il a entériné pour abriter la XXème session ordinaire de la CDS au cours du second semestre de l’année 2018, et a également décidé de tenir sa VIème session ordinaire dans ce pays.
  1. Enfin, le Conseil des Ministres a exprimé ses sincères remerciements à Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise, au Gouvernement et au Peuple gabonais tout entier pour l’accueil fraternel, l’hospitalité chaleureuse et toutes les marques d’attention dont chaque délégation a été l’objet durant son séjour en terre gabonaise.

Fait à Libreville, le 04mars 2018

GI/18