Chronique du jour – l’obligation de rendre compte : signification

Lundi, 10 juin 2019 (GabonInitiatives) – Dans son allocution du 8 juin dernier, le Chef de l’État, a annoncé qu’il faut des réformes en profondeur. Parmi celles évoquées, il y a “l’obligation de rendre compte”. Comment rend-on compte de ses actes, de ses choix, de ses résultats? C’est l’objet de ce TEXTO.

Il s’agit en clair, de prescrire désormais l’évaluation dans chaque intervention (chaque programme, chaque mesure, chaque action, chaque activité et chaque projet) de l’État décidé en Conseil des Ministres.

Autrement dit, lors de la lecture du communiqué final des conseils des ministres, nous devrions désormais vérifier que chaque mesure prise est assortie d’une obligation d’évaluation dans un délai bien déterminé.
Cela implique que la conception de chaque projet devrait être plus rigoureuse et faire l’objet d’une évaluation ex-anté.

Beaucoup de travail en perspective depuis les ministères en passant par les conseils interministériels avant d’être présentés en conseils des ministres pour décision finale.

Ces étapes devront être scrupuleusement respectées dans le cycle des politiques publiques.

La deuxième étape concerne ensuite l’évaluation à mi-parcours pour examiner l’avancement de la mise en œuvre des projets.

Cet examen étant alimenté par les données fournies par les indicateurs fixés lors de la construction du système de suivi de pilotage du projet. De plus, avant la clôture du projet, il y a lieu de procéder à l’évaluation ex-post et finale pour, soit retenir les bonnes pratiques, soit recommander les améliorations à effectuer.

Enfin, quelques années plus tard, dans un délai de 2 à 5 ans, le projet devrait faire l’objet d’une évaluation d’impact pour vérifier s’il y a eu changement dans la vie des bénéficiaires directs ou indirects.

Cette nouvelle gouvernance exige discipline, disponibilité des ressources (humaines, matérielles, et financières…), et compétences en nouveau management projets.

Telle est l’une des réformes décidée par le Président de la République, Chef de l’État, son Excellence Ali Bongo Ondimba dans son adresse. Comprennent qui voudront.

Demain, nous célébrons la 3ème édition de la journée nationale de l’évaluation instituée par arrêté du premier ministre en 2014, et dont la 1ère édition a été organisée en 2015.

Bonne journée

PETIT-LAMBERT OVONO
EVALUATEUR CERTIFIÉ DES POLITIQUES PUBLIQUES, PRÉSIDENT DE SOGEVAL

Crédit photo : DR

GI/PLO/FM/19