Chronique du jour : « notre adversaire, c’est le chômage des jeunes », dixit Faustin Boukoubi (analyse)

Lundi, 13 mai 2019 (GabonInitiatives) – Avec une population de moins de 35 ans qui représente 72% de la population totale du Gabon, dont 30% sont sans qualification, sans emploi et au chômage, la jeunesse gabonaise mérite bien que les plus hautes autorités déclarent la guerre à cette situation.

Des initiatives sont en cours pour la gagner. Le président de la République lui-même a ouvert le ballet en faisant de la cause de la jeunesse une priorité. La nomination d’un directeur de cabinet jeune en est la matérialisation. Celui-ci a bien compris le message, et avec son association des jeunes émergents volontaires (AJEV), mobilise, répondant ainsi à l’appel à agir du Chef de l’État.

Côté gouvernement, un ministère réunissant la jeunesse, la formation professionnelle, l’emploi, l’insertion et la réinsertion a été crée.
Au parlement, deux groupes parlementaires composés de jeunes siègent à l’Assemblée Nationale.

Faustin Boukoubi, dont l’expérience est indiscutable quant à l’occupation des hautes fonctions politiques, a bien saisi le message et senti le danger de trainer cette cohorte, sans réellement parvenir à résoudre ses problèmes, malgré les initiatives existantes. En somme, le président de l’Assemblée Nationale pense qu’il est temps d’inscrire les besoins de la jeunesse dans l’agenda gouvernemental, afin que celui-ci conçoive une politique publique globale de la jeunesse, et en produise un genre de plan Marshall, pour gagner le combat et éteindre le feu qui couve.

Mais si le message de Boukoubi s’adresse au Gouvernement qui conçoit et met en oeuvre les politiques publiques et les programmes, il s’adresse pareillement à ses collègues parlementaires qui les examinent et leur accordent les crédits, mais sans en évaluer ex-anté leur pertinence, à mi-parcours leur efficacité, et leur impact, auprès des jeunes.

Un combat se prépare, se déroule, et prend fin avec la défaite ou la victoire. L’actuelle équipe au pouvoir rendant le tablier en 2023, il lui sera demandée de rendre des comptes lors des élections présidentielle et législatives de cette année là. À elle de relever le défi, car la victoire se prépare aujourd’hui.
Qui vivre, verra.

Bon début de semaine.

PETIT-LAMBERT OVONO
ÉVALUATEUR CERTIFIÉ DES POLITIQUES PUBLIQUES, PRÉSIDENT DE SOGEVAL

Crédit photo : DR

GI/PLO/FM/19