Chronique du jour – La Médiature : Une des institutions bidon du Gabon

Vendredi, 22 février 2019 (GabonInitiatives) – En apercevant Emmanuel Issoze Ngondet et Paul Biyoghe Mba arborant fièrement leur écharpe de député hier à l’Assemblée Nationale, alors qu’ils avalent été nommés, l’un président du conseil d’administration de la Société Nationale Immobilière ( SNI), l’autre médiateur de la République, une véritable question se pose aux citoyens que nous sommes: pourquoi deux anciens premiers ministres peuvent-ils à ce point défier l’autorité de l’État? Certains ajouteraient, défier l’autorité du Chef de l’Etat?

Parmi les multiples leçons qu’on peut tirer de ces cas, deux nous paraissent pertinentes. L’encouragement de l’indiscipline au sein du parti au pouvoir (PDG) qui, malgré leur refus, les a tout de même investi comme candidats, et gardé comme députés dans ses rangs.

Selon que vous serez, puissant ou misérable, la justice ne semble pas égale pour tous au sein du PDG. Ce n’est certainement pas un bon message envoyé à la jeune génération.

L’autre leçon, c’est le peu d’importance réelle de ces deux fonctions dans notre République. En effet, qui mieux qu’un premier ministre sait ce que représente un conseil d’administration, et l’institution qu’est la Médiature?

En les refusant, les deux anciens Premiers Ministres (PM), les dévalorisent aux yeux de l’opinion. Et c’est sans doute le plus grave. A quoi servent finalement ces institutions si elles n’ont aucune utilité? Avec tous les crédits qui leur sont alloués, autant les supprimer et faire des économies budgétaires.

Mais se pose une dernière question: Ces institutions sont-elles des coquilles vides comme le prétendent certains? Certainement! Puisque nos deux anciens PM les ont boudé.

En conclusion, il est temps que le rôle de chacune des institutions, parmi la pléthore que compte notre petit pays, soit mieux redéfini, et le traitement des dirigeants rééquilibré pour le respect de l’égalité des chances, si chère au président de la République.

Voici un premier dossier à traiter pour nos honorables députés.
À demain.

PETIT-LAMBERT OVONO
Évaluateur certifié des politiques publiques.

Crédit photos : DR

GI/PLO/FM/19