Chronique du jour : Quel es l’état du Gabon 10ans après le décès d’Omar Bongo Ondimba ?

Jeudi, 6 juin 2019 (GabonInitiatives) – Le 8 juin 2009, en tirant sa révérence, Omar Bongo Ondimba laissait derrière lui un héritage composite dont il avait fait état le 6 janvier 2009 dans son discours testament à l’occasion de la présentation des vœux à la Nation.

Il dénonçait en quelque sorte les manquements au processus de développement par les pilotes qu’il avait lui-même choisi pour construire le Gabon, mais dont les actions publiques ne produisaient plus les résultats escomptés. Ayant mis trop d’accent sur la personnification du pouvoir, ces pilotes se conduisaient désormais comme des roitelets, et non plus comme des acteurs de mise en œuvre des politiques publiques.

L’impact de ce management devait se faire ressentir des années plus tard, même s’il a commencé aussitôt lors de l’investiture du candidat devant porter les couleurs du Parti Démocratique Gabonais (PDG). N’eut été les fondements solides mis en place par le défunt, le désir de changement de système du peuple allait l’emporter lors de l’élection présidentielle anticipée d’août 2009.

En arrivant donc à la tête de l’État, Ali Bongo Ondimba, son successeur, ayant pris la mesure de la situation, va proposer une vision au peuple, traduite à travers le plan stratégique Gabon émergent (PSGE). Le but étant de limiter l’impact négatif des actes antérieurs, de rechercher des résultats aux interventions de l’État, et de corriger les errements passés des roitelets.
Dix ans après, quel est l’état des lieux?

Pour ce qui nous concerne, sans une réelle évaluation des interventions conduites par le nouveau chef de l’État depuis son arrivée au pouvoir en septembre2009, le bilan que les uns présentent comme catastrophique, et les autres comme mitigé, n’a pas pour objectif de faire avancer le Gabon. Il a tout simplement pour but de prolonger les querelles de clochet, et de réconforter la thèse selon laquelle, c’est toujours Omar Bongo Ondimba qui continue à diriger le Gabon. D’où le titre de notre livre à paraître “Secrets d’une longévité au pouvoir”.Gageons qu’avec ce deuxième mandat, Ali Bongo Ondimba va choisir des pilotes déterminés à atteindre les objectifs fixés aux actions contenues dans le PSGE, et faire entrer le Gabon dans l’émergence en 2025. Cela est encore possible.

Osons!

PETIT-LAMBERT OVONO
ÉVALUATEUR CERTIFIÉ DES POLITIQUES PUBLIQUES, PRÉSIDENT DE SOGEVAL

Crédit photos : DR

GI/PLO/FM/19