Chronique du jour : Les émergents ont encore de beaux jours devant eux

Samedi, 23 mars 2019 (GabonInitiatives) – Je tire cette conclusion après avoir visité, évaluation sommaire tout de même, certains posts publiés sur les réseaux sociaux. Je suis tombé sur les écrits d’un internaute inconnu, mais dont le message m’a paru bien plus grave pour l’avenir politique de notre pays, et pour la cohésion sociale de ses habitants.

En effet, notre compatriote écrit, sans prendre des gants, que lui et ses semblables ont fait le pari de dégager Ali Bongo Ondimba et ses amis du pouvoir.

Une telle expression ne peut-être qu’une déclaration de guerre, avec ce que tout cela entraîne comme dégâts et effets collatéraux.
À l’examen, non seulement une telle violence verbale n’a rien à voir avec la recherche de la démocratie, car on voit bien bien qu’elle ressort de l’émotion et non d’un vocabulaire politique courant; de plus, de tels propos violents ne peuvent refléter l’opinion d’un peuple souverain s’exprimant dans un système démocratique. Sauf peut-être au moment d’un soulèvement, d’une révolution; ce que notre pseudo démocrate n’est pas prêt à assumer.

Mais la logorrhée s’inscrit dans le contexte qui prévaut actuellement au Gabon, où des individus entretiennent des propos sans en mesurer, ex ante, l’impact.

Des compatriotes font des déclarations de guerre tout en croyant que le pouvoir en face est faible et ne peut réagir, ou qu’il suffit de cela pour le “chasser”. Quelle naïveté!

Si ces propos ne sont pas de la provocation, il faudrait alors trouver autre chose pour les qualifier. À tout bien réfléchir, s’attaquer ouvertement au pouvoir n’est point la mission qu’un peuple souverain délègue à des internautes, qui plus est, anonymes. Sérieux!

Aucun pouvoir ne peut trembler devant ce genre d’arguties et d’enfantillage.

Ce sont au final, des propos d’anti-démocrates primaires.
Pour toutes ces raisons, on peut réellement conclure que le pouvoir émergent à encore de beaux jours devant lui.

Bon retour au chef de l’État, et bon week-end chez vous.

PETIT-LAMBERT OVONO
ÉVALUATEUR CERTIFIÉ des politiques publiques.

Crédit photos : DR

GI/PLO/FM/19