Chronique du jour : courir figure t-il dans les missions constitutionnelles du Chef de l’Etat ?

Vendredi, 23 août 2019 (GabonInitiatives) – Les gabonais de la 11ème province du Gabon, à savoir les réseaux sociaux, se plaignent qu’ils n’ont pas vu Ali Bongo Ondimba descendre de sa voiture de commandement et regagner son fauteuil le 17 août pour assister au défilé des forces de défense et de sécurité. Comme c’est devenu leur habitude, ils doutent de tout, et même d’eux-mêmes.

Les mêmes qui affirmaient il y a moins d’un mois qu’Ali Bongo ne prendrait pas part au dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe de feu présidentiel Léon Mba, que c’était un sosie qui occupait le fauteuil présidentiel, qu’Ali Bongo n’aurait pas survécu à son accident survenue à Ryad, etc, etc., affirment aujourd’hui qu’en remplissant ses missions de président de la République (recevoir les ambassadeurs, présider les conseils de défense et de sécurité, ainsi que les conseils des ministres, promulguer les lois, nommer aux hautes fonctions, s’adresser à la Nation par des allocutions, recevoir ses collaborateurs et les hommes d’affaires,etc.), Ali Bongo n’est pas en capacité de remplir sa fonction.
La preuve qu’exigent les reseaux-socioais est désormais qu’Ali Bongo doit sauter, courir, danser, donner des conférences de presse comme si c’était des obligations constitutionnelles.

Décidément le ridicule dont ils se couvrent n’a pas de nom, mais un qualificatif: la honte. Car en leur for intérieur, ils ont honte.

Ayant choisi leurs cibles, à savoir l’épouse du chef de l’État et le directeur de cabinet de ce dernier, qu’ils accusent désormais de torturer Ali Ali Bongo Ondimba, c’est bien eux-mêmes qui se torturent leurs esprits en fantasmant sur le néant. Les attributs constitutionnels du chef de l’État sont clairs, n’en inventons pas par haine. Il n’y a rien que le temps ne finit pas révéler.

Les aveugles voient, les sourds entendent Ali Bongo, tel n’est pas le cas des gabonais de la 11ème province. Reveillez-vous.

A bon entendeur, salut!

PETIT-LAMBERT OVONO

Crédit photo : DR

GI/PLO/FM/19