Chronique du jour : Analyse de la tentative de coup d’état du lundi 7janvier 2019

Lundi,14 Janvier 2019 (GabonInitiatives) – Plusieurs compatriotes, avant nous, ont donné leur interprétation du putsch manqué du 7 janvier. Ils l’ont fait à leur façon et selon leur positionnement politique ou idéologique. Pour notre part, nous avons choisi de tracer le profil des acteurs de cet événement pour comprendre ce qui s’est passé.

Coup d'état au Gabon, en direct de Libreville. Les militaires au pouvoir
Coup d’état au Gabon, en direct de Libreville. Les militaires au pouvoir

En regardant le film de la déclaration qui circule sur les réseaux sociaux, nous nous sommes aperçus que les mutins étaient jeunes, et même très jeunes. La moyenne d’âge tournait autour de 24-26 ans. L’absence des officiers supérieurs, plus âgés, a donc attiré notre attention.

Le second élément qui fonde notre interprétation et le débit du lecteur de l’allocution Kelly Ondo Obiang. Notre ressenti est que ce dernier lit sans trop y croire, sans conviction, on dirait qu’il s’amuse. La preuve est donnée à la fin de son discours.

En effet, lui et ses compagnons poussent un cri de joie, comme un joueur de football qui vient de marquer un but, et non de gagner le match. Celà montre la spontanéité de l’action qui n’a pas été préparée.

Enfin, les appels, plusieurs fois à la jeunesse, invitée à prendre son destin en main, avec notamment l’appel au responsable des jeunes du PDG laisse supposer que c’est un coup préparé pour les jeunes.
Pas la moindre présence d’un officier supérieur, plus âgé; pas le moindre signe laissant supposer un appui à leur action à l’extérieur; pas d’assurance que les appels lancés aux leaders cités trouveraient écho.

En gros, c’est après avoir tracé ce portait physique, psychologique et spirituel des six acteurs que nous sommes parvenus à conclure à travers la publication d’un premier Texto Flash à 6h45 ce lundi 7 janvier, que nous étions en présence d’une “Tentative de coup d’État au Gabon”, d’où le titre choisi de cette brève.

Mais comme à leur habitude, les illuminés des réseaux sociaux n’ont pas apprécié ce titre, et nous ont affublé des injures jusqu’à ce qu’ils constatent à leurs dépends, à 11heures, que le putsch avait échoué.
Au-delà du malaise que plusieurs ressentent face à la situation politique, économique, sociale et culturelle du Gabon, on peut tout de même se demander ce qui peut pousser un groupe de jeunes à tenter de faire un coup d’Etat?

Les réponses sont nombreuses, en voici quelques unes:
-le ras le bol,
-le désir de se faire un nom,
-la fougue de la jeunesse,
-le désir de s’identifier à un héros,
-la recherche des émotions fortes,
-la témérité,
-la recherche des réponses à leurs problèmes dans le suicide, la drogue et autres psychotropes,
-etc.

En conclusion, nous pensons que cette tentative de putsch était non seulement un appel au secours pour leur détresse, mais aussi une façon pour ces jeunes soldats de répondre aux appels incessants de certains leaders politiques et de la société civile à la révolte et à la fin du système en place.

Devant ce qu’ils considèrent comme l’inertie des plus âgés, ils ont tenté, ont échoué, mais ont marqué l’histoire.

Aussi, nous ne croyons pas à une action téléguidée par les hommes politiques d’où qu’ils viennent. Nous ne croyons pas non plus à la lutte au sein du cabinet présidentiel pour la succession, tel que l’imaginent les pourfendeurs du Directeur de Cabinet du chef de l’État, et du porte-parole. Tout au plus, on peut supposer que le fait de savoir d’autres jeunes à des postes de responsabilité et menant grand train de vie a séduit ces jeunes soldats.

Les appels répétés à l’insurrection sur les réseaux sociaux feront encore d’autres victimes.

Il revient au ministère de la jeunesse d’inventer des politiques publiques qui favorisent l’entrée des jeunes dans la vie active, et de limiter cet accès à travers leur implication en politique partisane avant qu’il ne soit trop tard.

Bon début de semaine.

PETIT-LAMBERT OVONO
Évaluateur certifié des politiques publiques.

GI/PLO/FM/19