Alma et Marrakech Climate Show : Soirée culturelle exceptionnelle pour la COP22

whatsapp-image-2016-11-14-at-21-35-51-1600x720La deuxième semaine de la Conférence des Nation Unies sur le climat s’est ouverte sur un événement officiel COP22 de haut-vol, réunissant deux performances exceptionnelles au stade El Harti de Marrakech célébrant la lutte contre les changements climatiques : le spectacle Alma et le Marrakech Climate Show.

Près de 15 000 personnes étaient attendues à cet événement à l’initiative du Comité de pilotage de la COP22 et lundi soir le stade était effectivement noir de monde.

Première partie du Marrakech Climate Show, le spectacle « Alma, Ici était un océan » a révélé aux Marrakchis une baleine géante gonflée à l’hélium, animée de la tête à la queue, flottant dans le ciel de la ville. S’ouvrant sur une prestation remarquée a cappella des chanteuses Oum et Natacha Atlas dont les voix puissantes et mélodieuses ont fait frissonner le public, Alma a offert un spectacle époustouflant au public.

Ce spectacle s’est tout d’abord révélé poétique et acrobatique, lorsque 51 danseurs venus de toutes les régions du Maroc ont évolué sur un rythme onirique et majestueux, accompagnés par des instruments à vent enivrants. Il a ensuite pris un tournant furieux et martial lorsque les percussions ont pris le dessus. Dès lors, les corps se sont heurtés, se mêlant, s’envolant et virevoltant sur la scène.

Soudain, la paupière de la grande structure métallique et aérienne occupant l’arrière-plan s’est ouverte et Alma a grimpé à l’assaut des cieux. Surplombant les danses folles, elle s’est élevée jusqu’à faire de l’ombre à la grande lune qui illuminait la nuit. Plus bas, les danseurs se sont rencontrés jusqu’à former une pyramide humaine d’où une acrobate a pris son envol.

Difficile de prendre la suite de cette performance à couper le souffle… Et pourtant, les nombreuses stars marocaines et internationales qui se sont succédées sur la scène du stade El Harti ont su faire hurler la foule de bonheur. Juste avant l’arrivée de Youssou N’Dour et d’Anggun, 22 tambours du Burundi ont fait monter le rythme et la température dans la nuit de Marrakech. Puis les deux artistes ont ensuite entonné une reprise du plus célèbre tube du chanteur sénégalais : « 7 Seconds ». Christophe Maé a pris le relais pour interpréter ses plus grands succès.

Introduits par Ali Baddou, parfait dans son rôle de maitre de cérémonie, sont successivement arrivés le Colombien Yuri Buenaventura, l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly et la Géorgienne Khatia Buniatishvili, pour faire résonner sonorités latinas, riffs de guitare reggae et envolées lyriques au piano.

Le groupe de rap originaire de Marrakech, Fnaïre, était peut-être ce soir le plus attendu. En témoignait l’importante délégation de fans venus assister à une performance de leurs idoles, pancartes et panneaux à l’appui. Egalement très appréciés du public marrakchi, le chanteur marocain Douzi, l’artiste burkinabé Alif Naaba ou le groupe ivoirien Magic System.

Inspirées des valeurs de solidarité, les performances de cette soirée exceptionnelle se sont situées au confluent des cultures du monde entier pour un spectacle diffusé dans de nombreux pays sur la planète. Téléspectateurs d’Afrique et d’Europe ont ainsi pu également admirer les performances des français Black M et Youssoupha, ou de la vocaliste marocaine Asma Lamnawar.

Tous ces artistes rassemblés pour porter un message de paix en faveur de l’action climatique se produisait lundi soir au sein d’une co-production entre 2M TV et « Electron libre » (Groupe Lagardère).

GI/COP22/16

 

A propos de l'auteur