L’agenda 2030-2063 du CMAE se peaufine à Libreville

Libreville, 12 juin 2017 (GabonInitiatives) L’agenda 2030-2063 de l’Afrique se prépare dans la capitale gabonaise à l’occasion de la 16e Conférence ministérielle africaine sur l’Environnement (CMAE) qui se tient actuellement à Libreville en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’environnement (Onu-Environnement).

Du  12 au 16 du mois en cours, experts et ministres de l’environnement réunis à Libreville réfléchissent sur l’avenir du continent africain face aux défis environnementaux.

Dans la capitale gabonaise, les ministres africains s’attelleront à peaufiner la position commune de l’Afrique africaine dans la perspective de la 13ème session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, qui se tiendra en Chine en septembre 2017, ainsi que de la 23ème session de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra également en novembre de cette année à Bonn en Allemagne.

Les ministres se pencheront aussi sur la tenue de la 3ème session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement, prévue en décembre prochain à Nairobi au Kenya, ainsi que sur plusieurs dossiers d’ordre financier et juridique se rattachant à la Conférence.

Le logo de la 16ème Conférence ministérielle africaine sur l’environnement

Les principales questions qui focalisant les débâtant s’articulent autour de : « Comment l’environnement va-t-il permettre d’atteindre les objectifs de développement durable ? », « comment mettre en œuvre l’Agenda 2030 » et 2063 et « comment préparer les prochaines sessions sur la diversification et sur les changements climatiques ? ».

«La Conférence ministérielle africaine sur l’Environnement dont l’utilité n’est plus à démontrer, doit continuer à servir d’aiguillon et de porte-voix à notre cause commune. C’est pourquoi, il est opportun de continuer à mener le combat de son existence, face aux enjeux climatiques et environnementaux dont les théâtres d’action ont largement conquis la planète», a déclaré Estelle Ondo, la ministre gabonaise de l’Economie forestière, de la Pêche et de l’Environnement, chargé de la Protection et de la Gestion durable des écosystèmes en ouvrant les travaux.

Créée en 1985, la Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement a pour mandat de renforcer la coopération entre les Gouvernements africains dans le domaine de l’environnement et d’inverser la tendance de la dégradation de l’environnement en Afrique.

Elle est placée sous la tutelle de la Commission de l’Union Africaine et bénéficie du Secrétariat Permanent du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Dans cette perspective, la directrice et représentante régionale de l’Organisation des Nations unies pour l’environnement (Onu-Environnement), le Dr Juliette Biao koudenoukpo pense que cette conférence sur l’environnement donne l’occasion de délibérer sur cette question et de s’accorder sur l’engagement commun et ferme du continent.

La session de Libreville qui s’achève le 16 juin prochain, permettra également, de passer la présidence tournante de la Conférence, entre le Ministre de l’Environnement de l’Égypte à la Ministre gabonaise de l’Environnement, comprend un segment des experts et un segment ministériel.

GI/FM/17