De quoi accuse-t-on le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat ? (Par Petit Lambert Ovono)

Samedi, 2 mars 2019 (GabonInitiatives) – Il se propage ici et là que Brice Laccruche Alihanga aurait sacrifié les ressortissants du Haut – Ogooué lors des dernières nominations faites lors du dernier conseil des ministres, en les écartant de la tête des grandes directions générales des sociétés publiques.

À l’inventaire, il se trouve que les cinq grands DG écartés ont été numériquement remplacés chacun par un Altogovéen, ou placé à un grand poste de responsabilité dans l’administration centrale. Ainsi, on voit bien que les grands équilibres géopolitiques ont été préservés.
Ce qui peut en revanche porter à confusion, c’est les nominations au sein des cabinets ministériels où chaque ministre choisit les membres de son entourage.

Autrement dit, il n’y a pas lieu d’accuser le directeur de cabinet du président de la République d’être un loup pour ses propres frères altogovéens; d’ailleurs, c’est l’occasion de rappeler que les nominations sont faites par le PR, même si le DC peut de temps en temps glisser quelques propositions, le droit de nomination reste dévolu au seul Chef de l’État.

Mais ce débat sur les nominations, même s’il peut être légitime dans le fond, semble cacher celui, malsain, des capacités d’Ali Bongo Ondimba de disposer de toutes ses facultés pour assumer les devoirs de sa charge, et conforter la rumeur selon laquelle, c’est un clan dirigé par le DC, qui dirigerait désormais le Gabon.

Il est vivement temps de sortir de ces fantasmes et d’œuvrer sous le suivi de Brice Laccruche Alihanga, à la mise en oeuvre des plans stratégiques et des projets du président, 2023 étant déjà à nos portes. À bon entendeur, salut.

Bon week-end.

PETIT-LAMBERT OVONO.
@2/03/2019.

Crédit photo : DR

GI/PLO/FM/19