35e réunion de l’UNSAC : ouverture à Brazzaville des travaux des experts

Brazzaville, 4 décembre (GabonInitiatives) – La 35e réunion des experts du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) a été officiellement ouverte lundi 3 décembre à Brazzaville par M. Cyprien Sylvestre Mamina, Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération du Congo, en présence de M. Bruno Mpondo Epo, Directeur adjoint de la Division Afrique II, représentant le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé du Département des Affaires politiques.

Dans son allocution, M. Cyprien Sylvestre Mamina a salué la contribution significative de l’UNSAC à « la construction d’une architecture institutionnelle nécessaire à la promotion et au renforcement de la sécurité dans notre sous-région ». Il a toutefois regretté que, malgré les efforts déployés dans ce registre, « les questions de sécurité en Afrique centrale demeurent préoccupantes, eu égard à la situation qui y prévaut, notamment dans l’Est de la République démocratique du Congo ». Dans ce contexte, le Secrétaire général du Ministère congolais des Affaires étrangères et de la Coopération a émis le vœu que les travaux de Brazzaville permettent de mener une réflexion prospective, afin de dégager des perspectives « pour continuer l’œuvre louable et noble » accomplie par les pays membres et leurs partenaires « en faveur de notre sécurité individuelle et collective ».

A nom du Président sortant du Comité des experts, M. Zénon Ndabaneze, fonctionnaire au ministère burundais de la Sécurité publique, a également lancé un appel dans ce sens. Il a par ailleurs insisté sur l’importance de l’UNSAC, « prestigieuse institution » mise en place en 1992 à la demande des Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) à un moment où sept de ses onze membres étaient en conflit.

La revue de la situation géopolitique et de sécurité de l’Afrique centrale préparée et présentée par la CEEAC constitue un des outils de mesure du chemin parcouru jusqu’à présent. Les experts ont échangé des points de vue sur cette revue, qui donne un aperçu critique des développements politiques et institutionnels dans chaque pays membre ainsi que des grands enjeux liés à la sécurité intérieure et transfrontalière, à la gouvernance, aux droits de l’homme, etc.

La réunion des experts s’achève mercredi 5 décembre. Elle sera suivie par la 35e réunion ministérielle de l’UNSAC dont le programme intègre la célébration du 20e anniversaire du Comité. Cette commémoration se déroulera le 7 décembre autour du thème : « Deux décennies de construction de la paix en Afrique centrale : la contribution du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale ».

Le Congo, qui préside désormais la réunion du Comité des experts, a pris des dispositions nécessaires  pour la réussite de cet événement. En dehors du pays hôte, l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad prennent part aux travaux de Brazzaville ainsi que les fonctionnaires du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), institution qui assure le Secrétariat de l’UNSAC depuis mai 2011. Plusieurs autres organisations régionales et internationales y participent comme observateurs.

GI/FM/12

PARTAGER
Fabrice Mikomba - Expert Gabon et Afrique Centrale
Fabrice Mikomba est journaliste expert Afrique et Afrique centrale depuis 1989. Après avoir travaillé pour RFI et de nombreux médias on et off line il est désormais spécialiste Gabon et Afrique Centrale pour Gabon Initiatives et Info Afrique et ce depuis 2012.